AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 what the hell | ft Mi Na la niaise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: what the hell | ft Mi Na la niaise Dim 4 Jan - 0:32


what the hell


I'm not crazy hell no I'm not loony, I'm not insane, take a second, I heard it, I know it. Whispers say my name, calling for me. ⊹ Il neigeait à Séoul, c'est beau la neige, j'aime beaucoup ça, à Busan il ne neigeait pas autant. J'en profitais souvent pour me promener et faire des batailles de boules de neiges avec Yung Jae. Je l'invitais à l'appartement où maman et moi vivons, d'ailleurs le visage de ma mère s'illuminait quand elle voyait entrer Yung Jae, parce que c'était une fille, elle se disait "c'est bon, mon fils est sur la voie de la guérison". Elle se mettait le doigt dans l’œil. Yung Jae était l'exception parce qu'au fond elle n'était pas une fille. Je déteste par dessus tout les grandes dames à Séoul, celles qui se promènent avec leurs talons haut et leurs fourrure. C'était elles le pire. Malheureusement, et parce que ça n'existait presque plus, j'étais dans un lycée mixte à Séoul, ma mère avait fouillé tous les recoins de la capitale et à part m'expédier au Japon (et encore), les lycées où les filles et les garçons sont séparés, ça n'existait plus. Par conséquent, je devais subir les filles de ma classe, certaines me trouvaient beau et faisaient tout pour attirer mon attention mais qu'est-ce qu'elles ne comprennent pas quand je leur dit "tu es laide comme un rat". Enfin bref, ma vie à Séoul était rythmée par ce handicap principalement. Et il y avait le boulot.

C'est dur de trouver un job quand on est lycéen, mais j'avais trouvé ce job en fouillant les petites annonces. J'avais besoin d'un job pour aider ma mère et arrondir les fins de mois. Je travaillais dans une petite épicerie non loin de mon lycée, à quelques pas de l'université. Je travaillais plutôt le soir, je finissais les cours à 17h et au lieu d'aller au cours du soir, je filais à mon boulot jusqu'à 22h. Je travaillais également le samedi matin. C'était une épicerie sympa, enfin sympa... La patronne regardait le moindre fait et gestes de ses employés ce qui était plutôt énervant, mais au fond, j'étais bien content d'avoir ce travail pour l'argent que j'y gagnais.

Et aujourd'hui encore, je filais au travail après le lycée, je dis au revoir à mes potes et je marchais deux-trois rues avant d'atterrir à l'épicerie. Je rentrais dans le vestiaires pour me vêtir du tablier du magasin et commençait mon travail avec Hitler celle que la patronne a nommé "ma responsable", j'avais été embauché il y a plusieurs mois déjà mais j'avais encore besoin qu'on me pouponne apparemment. Je n'aimais guère ma responsable, en même temps 1) c'était une femme, 2) je n'aimais pas son caractère. Ce n'était pas la joie tous les jours. Et encore aujourd'hui, j'avais du faire quelque chose de mal.

- Qu'est-ce que j'ai fait encore ?


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: what the hell | ft Mi Na la niaise Sam 10 Jan - 23:53



Ji Kyang & Mi Na


What the hell✍


Encore. Encore une jour où j'allais devoir me rentre à l'université, écouter les cours qui m'apprenaient certaines choses comme pas du tout, entendre des paroles sur ma petite personne dans les couleurs, sûrement des anciens élèves du lycée où j'étudiais antérieurement. Rien que pour ça, c'était difficile de changer complètement. J'ouvrais les yeux, regard rivé sur le plafond blanc de l'appartement. Appartement où j'habitais avec mon frère. J'entendais le bruit de l'eau coulant dans la douche, certainement lui, au moins, il se douchait. Ce qui n'arrivait pas tout le temps. Aish. Je n'avais pas envie de me lever. L'envie de rester dans mon lit, au chaud sous ma couverture douillette était tellement plus tentante. Allez. Je me levais, mettant mes pieds dans mes chaussons qui m'attendaient sympathiquement au pieds du lit. Et c'était parti pour la routine matinale. C'était le moment où il ne fallait pas m'embêter, vraiment, je pourrais mordre.

Finalement prête plus tôt que prévu, j'attendais le mec qui me servait de frère pour qu'il m'emmène en voiture. Pas que l'appartement était très loin de l'université, mais ce n'était pas tout proche, et en plus, il travaillait pas loin de celle-ci, alors j'en profitais bien. C'était d'ailleurs en parti pour cela que j'avais eu la réputation que j'avais eu au lycée, simplement parce qu'il était venu me chercher une fois au lycée, les rumeurs avaient fusées et c'était un homme qui m'entretenait. Ouais, ok. Des rumeurs infondées, y en avait des tas sur moi. Mon dieu ce que je détestais ça. Ça parlait sans me connaître, sans rien savoir. C'était le pire. Direction université, une fois celui-ci prêt. Une bonne journée de cours arrivait.

Enfin la sortie des cours. Ce qui était bien avec l'université, c'est que les cours ne duraient pas non plus une éternité. Seulement, ce n'est pas comme si ça s'arrêtait là. Non, ce serait trop simple. Le boulot m'attendait ensuite. Oui, pour payer l'appartement et ne pas laisser mon frère se charger entièrement de cette tâche, je m'étais trouvé un petit travail après les cours ainsi que le samedi. En soit, c'était un travail plutôt sympa parce qu'il n'était pas des plus épuisants. Disons que faire la potiche à la caisse d'une épicerie n'était pas trop compliqué. Une des tâches les plus compliquées restait tout de même de sourire à n'importe client. Qu'il soit gentil, ou le pire des enfoirés qui ne se cache pas pour regarder ton joli petit derrière si tu te retournes ne serait-ce qu'une seule petite seconde. Ah, vraiment... Il arrivait que je me fasse draguer par des petits péquenots du quartier aussi, c'était plaisant, bien que certaines fois répugnant. Les premières passaient calmement, j'avais pris mes petites marches ici, la patronne m'appréciait également et me faisait confiance, jusqu'à même me laisser certaines fermetures, et ça me donnait envie de bosser encore plus pour elle. Bien que j'en avais fichtrement rien à faire de ce travail, c'était juste pour l'argent.. Parce que bon, mon avenir je le voyais autrement que dirigeante d'une épicerie de quartier, non. Moi je me voyais sur les affiches de cinéma, et ce, dans tous les pays du monde. Oh oui, ce serait tellement bien, comme ma mère. M'enfin. En attendant, c'était encore les études.

Petit œil sur l'heure de la caisse. Oh non. Le Gu allait débarquer. Le calme allait partir au loin. Je sentais déjà que ma bonne humeur faisait ses bagages pour un monde meilleur. Le Gu, c'était Gu Ji Kyang, un petit lycéen qui me faisait me demander pourquoi on acceptait les gens comme lui ici. Il avait beau être pas trop moche, l'intelligence n'allait pas avec. J'avais l'impression qu'il faisait tout de travers, alors que ce n'était pourtant pas compliqué, non. Et le voilà, sa petite tête d'abruti n'aura pas tarder à se montrer. Ça avait beau faire déjà quelques mois qu'il était là, il avait encore besoin qu'on s'occupe de lui tellement il n'était pas doué. Mais pourquoi était-ce tombé sur moi ? Sérieusement.

« Qu'est-ce que j'ai fait encore ? »
« Tu veux que je te fasse la liste ? La même erreur que l'autre fois, babo. »

Quel abruti.



© Lùdii
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: what the hell | ft Mi Na la niaise Lun 19 Jan - 20:08


what the hell


I'm not crazy hell no I'm not loony, I'm not insane, take a second, I heard it, I know it. Whispers say my name, calling for me. ⊹ Ce jour avait pourtant si bien commencé, pas de filles chiantes, une bonne ambiance dans ma bande de potes, des cours pas trop ennuyeux et de la bonne bouffe à la cafétéria. Qu'est-ce qui pouvait aller mal ? Ah oui Mi Na. De base, j'avais une phobie des filles, par conséquent, j'avais adopté une sorte de haine envers elles, mais là ce n'était pas une fille à proprement parler. Elle était ma responsable à l'épicerie et j'avais envie de l'insulter à chaque fois que je la voyais, elle était bien tout ce que je détestais chez une personne. Toujours exigeante, à crier de tous les coins. Dés que je voyais sa face d'huître au boulot, je voulais quitter le magasin. J'étais payé pour m'occuper des rayons et parfois de la caisse. Pas pour supporter un monstre à longueur de journée.

J'étais donc arrivé à l'épicerie après les cours, je rentrais par la porte "dur à ouvrir" derrière le magasin, j’atterrissais dans le vestiaire, à côté de la réserve, je posais mon sac, mis la tenue adéquate et filais dans le magasin. Je devais lister tous les produits du magasin et encore une fois la Choi était derrière moi à regarder ce que je faisais. C'était très angoissant pour moi, du coup, je faisais n'importe quoi avec les produits.
Elle m'arrêta très nettement et lui demanda quel était le problème encore une fois.

« Tu veux que je te fasse la liste ? La même erreur que l'autre fois, babo. »

Je soufflais fort pour lui faire entendre mon mécontentement. Le truc c'est qu'elle me criait dessus quand la patronne n'était pas dans les parages mais dés que cette dernière évaluait son travail, tout d'un coup, elle changeait de comportement et devenait la plus gentille des responsables. Le truc c'est que je ne voulais pas perdre ce job, du coup je lui répondrais avec le sourire le plus ironique du monde. Mais aujourd'hui, la patronne était à la caisse, Mi Na en profitait donc pour me faire tous les reproches du monde.

Je rayais ce que j'avais remarqué sur la feuille et notais autre chose pour lui faire plaisir. J'avais bien envie de l'envoyer balader mais je ne pouvais pas. si on cause hiérarchie, Mi Na était à l'échelon juste avant le mien, par conséquent, si nous deux faisions une connerie, j'aurais sûrement toutes les chances de me faire renvoyer et pas elle. Trop d'injustice dans ce monde.
Je passai au produit suivant, notais les référence et là encore je reçus une réflexion. Cette fois-ci c'était la bonne.

- Tu peux pas me lâcher un peu face de rat !

Sérieusement, cette fille me faisait regretter mon départ de Busan pour Séoul parfois.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: what the hell | ft Mi Na la niaise Dim 1 Fév - 18:29



Ji Kyang & Mi Na


What the hell✍


J'adorais mon travail, vraiment. Mais je l'apprécierais davantage s'il n'y avait pas l'autre abruti dans mes pattes. C'était un travail plutôt tranquille à la base. Et je dis bien « à la base », parce qu'il avait complètement changé cette image de tranquillité avec une image d'horreur, d'enfer. Et ce gars-là, c'était un lycéen du nom de Ji Kyang. Décidément, cette jeunesse continuait de plus en plus à m'énerver. Et déjà que les hommes m'enquiquinait au plus haut point depuis un petit bout de temps déjà, cette haine envers eux continuait d'accroître. Merci le petit lycéen. En réalité, je supportais les hommes simplement dans le but de les faire souffrir par la suite. Plus jamais un homme me rabaisserait comme cela avait été le cas il y a quelques années de ça.

Il été doué, vraiment très doué. Doué pour m'embêter facilement, refaire constamment la même erreur histoire de le pourrir un peu plus chaque jour. A croire qu'il aimait ça. Peut-être qu'il aimait la suprématie des femmes, hm. Peut-être que c'était un de ses fantasmes qu'une femme lui gueule dessus à chaque fois qu'il faisait une erreur, il espérait que je lui donne une fessée pour cette faute ? Outch, je ne préférais pas imaginer cela. Rien que sa face de plat à gratin m’écœurait. Et en plus, c'était qu'un gamin. Un gamin stupide qui ne retenait aucune consigne et n'obéissait jamais aux ordres que je lui donnais. Aish, vraiment le genre que je ne supportais pas. Et une fois de plus, il répétait son erreur de la veille. Et il avait le culot de me demander ce qu'il avait fait... Je soupirais en lui répondant. Il m'exaspérait.

Et il soupirait en plus de ça ? Il se moquait de moi ou bien ? Il avait vraiment le don de m'énerver. Je restais calme. Il ne fallait pas que je hausse trop la voix, la patronne n'était pas très loin tout de même, et je voulais continuer à avoir l'image d'employée modèle. Image qui m'allait tellement bien. Mais elle été de plus en plus difficile à tenir depuis son arrivée, parce que j'avais l'impression de pouvoir sortir de mes gonds à tout moment sans que je m'y attende. Pas que je faisais la fifille modèle devant la patronne, mais... Presque. Je souriais, je me taisais, j'accomplissais les tâches qu'elle me donnait à la perfection, et je prenais quelques initiatives qui ne faisaient pas de mal pour montrer que j'étais contente de travailler ici, et que je ne glandais pas toute la semaine en attendant mon chèque de fin de mois. Non, je montrais que j'étais intéressais, alors que la vérité était presque tout autre.

« Tu peux pas me lâcher un peu face de rat ! »

Et voilà, il me sortait encore une phrase des plus méchantes en pleine face. Face de rat ? Tss, il dit ça mais jamais il pourrait espérait avoir une femme comme moi, je suis bien trop parfaite pour lui. Reste calme Mi Na, reste calme... Je lançais un énième regard en direction de la patronne de l'épicerie pour voir si elle était occupée ou encore si elle avait un œil sur nous. Non, la voie était libre.

« Yah ! Tu vas me parler autrement ! T'es qui pour m'appeler de la sorte ? Si tu fais une erreur, je suis là pour te le dire. Et je ne vais pas laisser un gamin comme toi, pas fait du tout pour travailler ici, pourrir tout mon travail. Allez, recommence. Et bien cette fois-ci. »

J'avais de l'espoir. J'avais l'espoir qu'un jour il y arriverait. Pas seulement pour lui, mais surtout pour moi. J'avais envie que la patronne voit que je pouvais coacher même le pire des abrutis.



© Lùdii
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: what the hell | ft Mi Na la niaise Dim 8 Fév - 16:22


what the hell


I'm not crazy hell no I'm not loony, I'm not insane, take a second, I heard it, I know it. Whispers say my name, calling for me. ⊹ Quand j'arrivais à l'épicerie, l'ambiance était souvent conflictuelle. Parce qu'il y avait l'autre là. Je ne l'aimais pas. Elle était toujours là quand j'arrivais, je venais après le lycée. Logique. Ma mère aurait pu la trouver adorable, mais avec mon problème, je ne pouvais pas la supporter. Et plus elle s'éloignait de moi, plus je me sentais détendue. Sauf qu'elle était ma responsable en quelque sorte. Ça ne tenait qu'à moi j'aurais démissionné pour trouver un autre emploi. Mais je devais absolument aider ma mère.

Pour commencer l'interrogation de ma vie était "Pourquoi la patronne l'a-t-elle engagé ?" Parce qu'en soit, elle était vraiment exécrable avec moi, je pourrais ma plaindre qu'elle me parlait mal et qu'elle me maltraitait, mais elle aurait toujours quelque chose à redire, et bien évidemment, elle était plus élevée que moi, donc je perdrais définitivement face à elle. 1) C'est hyper frustrant pour une homme, 2) Elle ne le méritait pas du tout. Enfin bref, je rangeais les produits tranquillement dans le rayon et elle est arrivée comme une sorcière derrière moi pour contredire tout ce que je faisais. Bien sûr, elle ne faisait pas ça devant la patronne, comme moi, je faisais le gars tout sage sinon je risquais le renvoi, et c'était impensable à l'heure actuelle.
Je lui sortais une insulte, comme j'avais l'habitude de le faire. Elle ne me lâchais pas, tant pis pour elle. Elle regardait aux alentours pour voir si la patronne était assez loin.

« Yah ! Tu vas me parler autrement ! T'es qui pour m'appeler de la sorte ? Si tu fais une erreur, je suis là pour te le dire. Et je ne vais pas laisser un gamin comme toi, pas fait du tout pour travailler ici, pourrir tout mon travail. Allez, recommence. Et bien cette fois-ci. »

T'es qui ? Un être du sexe féminin. Vous vous doutez bien que je ne pouvais pas lui balancer ça. Imaginez un peu la scène "T'es une fille, aussi bête que les autres. Je ne vous supporte pas du tout. Vous êtes trop superficielles et vous êtes ce qui nourrit mes angoisses." J'imagine déjà les moqueries et les insultes du genre "va voir un psychologue". C'est déjà fait. J'aimerais bien vous y voir vous. Alors ne travaillez qu'avec des femmes, c'était juste impensable. Limite, j'aurais préféré que ma mère m’envoie au Japon où je serais entouré que d'hommes, voilà.
Je faisais le même geste que tout à l'air, à savoir mettre le bon produit, dans le bon rayon, à la bonne place. Je décidai de l'ignorer, parce qu'elle n'en valait pas la peine du tout. Je refaisais le même geste encore et encore, même si elle avait décidé de me grogner dessus, je l'ignorais. Sauf à un moment.

- Ecoute, t'as ton job, j'ai le mien, tu n'as pas besoin de rester dans mes pattes constamment. Tu ne m'aimes pas, soit, mais respecte un peu mon espace vitale s'te plaît.

Je la poussais pour l'éloigner, justement, de mon espace vital. Je passais ma main sur mon cou, rempli de transpiration, trop classe. Elle me faisait angoissé assez violemment cette fille. C'est sûr, il n'y avait aucun respect entre nous. C'était juste impossible qu'on s'entende un jour de toute façon.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: what the hell | ft Mi Na la niaise Dim 8 Fév - 22:08



Ji Kyang & Mi Na


What the hell✍


Sérieusement, il me tapait sur les nerfs. Tout de lui m’écœurait. Il était de sexe opposé, il était plus jeune, il ne faisait jamais rien comme il fallait... Bref, tout de l'idiot que je haïssais. Je sais, il m'en fallait peu pour haïr un homme de base, mais tout de même. Toute personne pourrait croire que je m’acharne sur lui, mais pas du tout. C'est sur tous les hommes, pas lui spécialement. Ou peut-être un peu, sûrement parce que je supérieure hiérarchiquement et que j'apprécie fortement cette place. Donc il devait m'écouter. Je ne dirais pas « obéir » pour ne pas paraître trop sévère, mais j'en pensais pas moins. Et je lui faisais plutôt bien comprendre, seulement il ne l'assimilait pas très bien. Il fallait que je répète continuellement la même chose, que je lui montre à chaque fois les gestes à faire... Et tout ça sans le taper une seule fois ! Je prenais sur moi... Oulah oui, je me maîtrisais. C'est fou comme ça me démanger la main pourtant, une gifle allait vite partir si je me laissais aller, elle restait dans l'avant-bras là.

« Ecoute, t'as ton job, j'ai le mien, tu n'as pas besoin de rester dans mes pattes constamment. Tu ne m'aimes pas, soit, mais respecte un peu mon espace vitale s'te plaît. »

C'est bon, overdose de lui. J'en pouvais plus de voir sa tête, d'entendre sa voix, de sentir son odeur de transpiration d'homme en plein travail immonde là. Remarque, il n'avais pas totalement tord. Je pourrais lui laisser un peu plus de liberté. JE POURRAIS. S'il faisait les choses bien, s'il m'écoutait, s'il été plus aimable, agréable et souriant, etc... Oui, je pourrais. Mais j'avais décidément pas envie qu'il fasse n'importe quoi. Pourtant, ça m'arrangerait de m'écarter un peu de lui. Tss, si ça se trouve, c'est là où il s'imagine que je ne peux plus me passer de lui... Haha, la grosse blague. Eurk. Allez, on peut essayer. Juste une fois, pour voir comment ça se passe.

« Ok, ça marche. Je vais te laisser faire le travail demandé, et je vérifierais ensuite. Si c'est bien fait, je te laisserais un peu plus d'air. Ça te convient ? »

Deviendrais-je gentille ? Bien sûr que non. Un peu d'air me ferait du bien aussi, voyez-vous. Et puis, j'étais pas très loin pour voir s'il faisait quelque chose de travers, donc ça passait. En plus de ça, la patronne me faisait confiance pour la formation de cet abruti. Donc j'avais le feu vert pour tout. Ah, ce que j'aimais cette puissance. Je commençais alors à prendre de la distance avec le coréen, respirant plus librement, pour aller travailler sur autre chose, un peu plus loin. Comme ça, le travail serait fait plus vite, avec quatre bras. S'il n'y avait pas à repasser derrière, bien sûr.



© Lùdii
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: what the hell | ft Mi Na la niaise

Revenir en haut Aller en bas
 

what the hell | ft Mi Na la niaise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Romans Hell Dorado
» [Doom II] Hell Revealed II
» Figurines Hell Dorado
» Hell Achéron, futur Doyen Tourmenteur
» Hell Revealed II - Map 30 : Source Control

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
U Found Me :: Rpgistes Party :: Forever Us-