AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Excuse-me ft Byulie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Excuse-me ft Byulie Mar 2 Déc - 18:04


Excuse me feat. Lim Han Byul + Kwon Dong-Min

Depuis ce jour fatidique durant lequel, trop alcoolisé, j'ai fait n'importe quoi, je n'ai ni contacté Han Byul ni ne l'ai revu. Pour lui dire quoi en plus ? C'est sur qu'il doit bien me détester à l'heure qu'il est... Ah qu'est-ce que je m'en veux... Comment j'ai pu poser les doigts sur mon ami ? Le pire est que je n'ai retrouvé que peu des morceaux qui me manquaient de la soirée que j'ai passé en sa compagnie. Je me rappelle qu'il a voulu rentrer chez lui et qu'il était dans un tel état que j'ai préféré l'accompagner. Ensuite, c'est encore le trou noir. Puis il n'y a aucun doute à avoir sur ce qui s'est passé. Je me suis tout de même réveiller nu dans son lit et il n'avait plus ses vêtements non plus... C'est obligé qu'il a dû voir mon visage aussi... La preuve est que je ne portais plus mes lunettes et mon masque. C'est pire que tout en fait. J'ai vraiment honte de moi, par ma faute, il est peut-être devenu une de ces personnes bizarres qui me suivent partout... D'ailleurs, le peu de fois où je suis sorti de chez moi, je priais pour ne pas le retrouver dans les parages.

J'ignore depuis combien de temps exactement nous ne nous sommes pas parlés. Malgré moi, je m'étais attaché à nos moments, il est la première personne que j'apprends autant à connaître par un autre moyen qu'une discussion orale. Mes amis sont minoritairement récents, la majorité provient de mon enfance. A l'époque, je n'étais pas comme maintenant, me lier d'amitié m'était facile. Avec ce qui m'arrive, je suis devenu très méfiant, j'en suis venu à douter de presque tout le monde et la fin de la poursuite dans le centre commercial m'avait fait classer l'écrivain parmi ces personnes. Contre toute attente, nos échanges nous ont rapproché, je peux dire à présent qu'il est devenu un des rares amis que j'ai et qui ignore à quoi je peux bien ressembler. Et j'ai tout gâché...

Mon humeur n'est pas au beau fixe à cause de cela, bien que j'essaie de donner le change face à ma famille, surtout par rapport à Zi Lin qui me connaît un peu trop bien. Je crois m'en sortir assez bien puisque personne ne me pose de question dans ce sens. Le temps s'est refroidi, l'activité du restaurant en a été plus importante, les gens préférant se mettre au chaud pour manger que de traîner dehors. Au moins mes pensées ont pu se focaliser sur autre chose. Au début, je me demandais si Han Byul m'en voulait réellement et, sans aucune nouvelle de sa part, j'en ai tiré les conclusions qui s'imposaient. Ce sentiment de regret ne me lâche plus... Je m'en veux tellement d'avoir déconné… Qu'il ne veuille plus me parler je ne peux que trop bien le comprendre. Personne ne le souhaiterait après qu'un truc pareil se soit produit. Puis penser que si ça se trouve il est hétéro et que j'ai osé le toucher… Je me place même pas au niveau d'un cafard là….

Ce matin, j'ai dû mettre mon réveil tôt malgré la fin de mon service tardive. Ma mère veut que je l'aide à nettoyer la maison, mes sœurs étant bien occupées en ce moment. La connaissant, elle va encore me faire bouger plein de meubles, mais si je peux éviter à mon père de le faire, je l'aide bien volontiers. Elle semble ravie et c'est le principal. Ensuite, c'est au tour de mon père de réclamer ma présence. Pas dans le but de faire le ménage, il a besoin que je l'accompagne faire les courses pour le restaurant. Cela arrive plusieurs fois par semaines, il a ses habitudes avec les autres magasins du quartier et aussi des paysans qui viennent vendre leur marchandise sur les marchés. C'est d'ailleurs là que nous allons, la voiture finit par être remplie et à notre retour il faut tout décharger et ranger. En réalité, aujourd'hui ce n'est pas moi qui travaille, mes sœurs se chargeant du service de midi et du soir. C'est convenu pour que j'ai au moins un jour de repos dans la semaine, sauf imprévu. J'embrasse Zi Lin sur la joue puis Jin Jung au même endroit lorsque je les croise, remontant à l'étage lire le roman conseillé par Han Byul.

A midi, ma mère vient m'apporter mon repas, la cuisine de mon père est toujours aussi bonne. Après m'être régalé, je retourne me plonger dans le livre afin de connaître la suite. Tellement pris par ma lecture, je finis par réaliser qu'il est déjà quinze heures, que la nuit arrive vite en hiver et que, si je veux aller taper la balle, comprenez jouer au basket, il ne faut pas que je m'éternise. Le marque-page placé dans l'ouvrage, je le dépose sur mon bureau et me change rapidement, enfilant un jogging assez chaud. Sur ma tête, un bonnet, mon visage se voit orné de ses habituels masque et lunettes. Mon manteau bien chaud en plus, je préviens ma mère que je sors, le ballon de basket sous le bras. Mais, au moment où j'ouvre la porte coulissante qui est aussi utilisée par les clients, je manque de rentrer dans quelqu'un, m'arrêtant de justesse avant un éventuel impact.

« Byulie ??! » La surprise de le voir ici se lit sur ma figure, le surnom est sorti tout seul.  Ne me dites pas que ce que je craignais est arrivé. Ma méfiance reprend vite le contrôle. « Comment tu sais où j'habite ? » Demandai-je, un peu suspicieux.

Rapidement, je réalise que ce n'est pas du tout le bon endroit pour discuter, surtout s'il est venu pour me dire sa manière de penser sur ce que j'ai fait l'autre soir. Je ne veux pas que ma famille soit au courant et, si l'un de ses membres me voit en train de parler à quelqu'un que j'ai l'air de connaître et pas eux, cela ne va pas tourner dans le bon sens. Avant même qu'il ouvre la bouche, je lui fais faire demi-tour. Une main sur ses épaules, placé bras tendu dans son dos, je le dirige afin d'aller ailleurs, vers le terrain de basket qui n'est pas trop loin de chez moi. Une fois près du banc, seuls, je m'assoie dessus en soupirant, surtout sans le regarder, le ballon entre mes pieds. Je ne peux pas l'imaginer en mauvaise personne, c'est pour cela que ma méfiance ne semble plus être là.

« Économise ta salive, je sais que je suis le pire ami qu'on puisse avoir. J'ai osé poser les mains sur toi, ça fait de moi le pire déchets de l'humanité. Je ne me rappelle de rien mais je le regrette vraiment. Tu dois sûrement me détester puisque tu m'as pas donné de nouvelles et je ne comptais pas t'imposer ma présence après ce que j'ai fait. Si tu comptes malgré tout m'engueuler, vas-y, je l'ai mérité après tout.» Avouai-je, vraiment penaud et coupable.


Dernière édition par Kwon Dong-Min le Lun 15 Déc - 5:07, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Excuse-me ft Byulie Mar 2 Déc - 22:21

Dong Min & Han Byul
It's not only your fault ... ♦



Je n’ai pas revu Dong Min depuis un bon moment et dans un sens, je ne sais pas si j’ai réellement envie de le revoir. Je redoute notre prochaine confrontation, depuis la dernière fois. Même si certains détails me faisait douter sur ce qu’il s’est vraiment passé l’autre soir, je ne me souviens de rien alors je ne peux pas être sûr. Toutefois, à part le lit défait rien ne prouvait qu’on l’ait fait. Je n’ai pas non plus eu mal aux reins les jours qui ont suivis, alors que je ne suis définitivement pas du genre dominant. Cependant, je me vois mal aller le voir en lui expliquant cela, c’est plutôt personnel et la situation est déjà assez gênante entre nous. Pourtant j’étais nu à mon réveil … Il a bien dû se passer quelque chose ! Je ne me souviens pas de grand-chose. Il m’a raccompagné parce que j’étais ivre, il est monté avec moi à l’appartement. Je me souviens aussi vaguement l’avoir embrassé quand nous étions sur le canapé, mais je ne sais pas si cela s’est vraiment produit ou si ce n’est que le fruit de mon imagination qui était grandement influencé par l’alcool à ce moment … Je soupire.

Même la bonne nouvelle de mon agent ne m’a pas changé les idées. Il m’a annoncé que les ventes de mon dernier roman étaient très bonnes et que c’était bien parti pour que je signe un nouveau roman avec ma maison d’édition. Je devrais en savoir plus bientôt. Certes c’est génial mais ce n’est pas ma première préoccupation. D’ailleurs mon agent qui me connait bien depuis ces quelques années, a bien vu que j’étais ailleurs. Elle m’a questionné et je lui ai simplement dit que j’étais fatigué à cause de mon cœur. Elle est au courant, puisque je travaille avec elle, si jamais il m’arrivait quelque chose autant qu’elle le sache. Cela se voit à ce point que quelque chose me perturbe ?! Ou si une intuition féminine ou je ne sais quelles conneries encore … Habituellement je suis plutôt doué pour cacher ce qui me tracasse. Je m’étais habitué à nos discussions avec Dong Min, je m’étais attaché à lui et je voulais vraiment le considéré comme un ami. J’ai tout gâché en le trainant chez moi, alors que j’avais définitivement trop bu. L’après-midi est déjà bien avancé quand je décide d’aller manger un morceau à l’extérieur pour me changer les idées. Puis je n’ai toujours pas mangé, alors. Je m’emmitoufle dans un manteau, une écharpe, des gants et un bonnet, avant de sortir affronter le froid de l’hiver qui approche.

Je ne sais pas trop où aller et je déambule dans les rues, tandis que mon estomac me rappelle sans arrêt qu’il a besoin d’être rempli. Je m’en veux vraiment pour ce qu’il s’est passé. Je sais que je ne tiens pas l’alcool, mais je ne me limite jamais quand je bois. Habituellement je ne le fais même pas, car théoriquement je n’ai pas le droit à cause de mon cœur. Je n’ai pas reçu de nouveaux mails de la part de Dong Min depuis. J’imagine qu’il ne veut plus rien avoir à faire avec moi … De mon côté je n’ose pas faire le premier pas. Et si lui se souvenait de ce qu’il s’est passé ? J’ai vraiment honte. Je crains aussi qu’il n’ait vu ma cicatrice et je ne veux vraiment pas avoir à affronter des questions à ce sujet. Je n’ai pas envie de trop y penser, mais j’arrive difficilement à m’en détourner. Je ne connais pas Dong Min depuis très longtemps, mais j’ai vraiment l’impression d’avoir perdu un très bon ami … Déjà que j’ai eu du mal à lui envoyé un premier mail, après l’incident du centre commercial. J’ai vraiment l’impression d’avoir tout fichu en l’air. Je finis par entrer dans un restaurant au hasard, j’ai faim et froid. Avant que je ne puisse ouvrir la porte, quelqu’un arrive dans l’autre sens et je le bouscule. Je relève la tête pour m’excuser, avant d’entendre mon prénom ou plutôt mon surnom. Je réalise alors que c’est Dong Min. Il porte toujours son masque et ses lunettes.

J’ai envie de m’enfuir, mais ce serait vraiment idiot et gamin. À la place je reste planté là, je ne sais pas si c’est mieux. Méfiant il me demande comment je sais qu’il habite ici. À vrai dire je n’en avais aucune idée. Avant que je ne puisse m’expliquer, il m’entraine avec lui et je ne résiste pas. Il va bien falloir qu’on parle un moment où un autre, non ? À moins que l’on s’évite jusqu’à la fin des temps … Je n’ai pas aimé ce ton méfiant. J’ai l’impression qu’il a eu la même réaction que quand j’ai fait preuve d’un peu trop de curiosité au centre commercial. Je ne veux pas qu’il me classe dans la même catégorie que ces folles furieuses, je n’oserais jamais lui faire subir cela ! Je me retrouve assis sur un banc près d’un terrain de basket, d’ailleurs je remarque qu’il a un ballon avec lui, lorsque Dong Min prend la parole. Je l’écoute sans l’interrompre.

- J’ignorais que tu habitais ici … dis-je comme pour clarifier ce point.

Je ne le suivais pas, je ne suis pas comme ces folles qui le coursent partout et deviennent hystériques dès qu’elles le voient. Personnellement cela m’épuiserais et je pense que je ne le supporterais pas. Enfin, cela ne doit pas être facile pour lui non plus … J’ai aussi retenu qu’il ne se souvient de rien et je ressens un peu de soulagement.

- Je ne t’engueulerais pas … Tu n’es pas le seul fautif, j’ai beaucoup trop bu ce soir-là, alors que je sais très bien que je tiens mal l’alcool. Tu as osé poser tes mains sur moi comme tu dis, mais je n’ai rien fait pour t’en empêcher. Enfin … Je ne crois pas, à vrai dire c’est flou pour moi aussi, je ne me souviens pas de grand-chose.

Ce que je dis n’aide pas beaucoup. Je ne me souviens de rien, alors je ne peux pas affirmer comment les choses se sont déroulés, mais si cela  a fini ainsi, je n’ai pas dû opposer grande résistance. J’hésite à lui dire pourquoi je ne pense pas que nous ayons a réellement couché ensemble, parce que c’est affreusement gênant quand même. Puis si je me suis réveillé nu, c’est bien qu’il s’est passé quelque chose que ce soit ça ou pas … Peut-être que nous n’avons pas été jusqu’au bout mais que nous étions bien partis pour. Je me donne mal au crâne à trop réfléchir …

- Si je ne t’ai pas donné de nouvelle, c’est parce que je n’ai pas osé … J’avais honte et je me sentais gêné de revenir vers toi, alors que je ne sais même pas ce que tu penses de tout cela …

Je ne veux pas que Dong Min se blâme tout seul, car il n’est certainement pas le seul à avoir fait une bêtise et ce n’est pas entièrement de sa faute. J’ai aussi joué mon rôle dans tout cela. J’ai bu suffisamment pour perdre le contrôle. Disons que nous faisons la paire et qu’il n’y en a pas un pour rattraper l’autre sur ce coup-là …

   
Codes par Wild Hunger.


Dernière édition par Lim Han Byul le Jeu 11 Déc - 7:18, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Excuse-me ft Byulie Dim 7 Déc - 21:05


Excuse me feat. Lim Han Byul + Kwon Dong-Min

Me retrouver face à face avec Han Byul était bien la preuve que je ne pouvais pas passer le reste de ma vie à l'ignorer et esquiver ma responsabilité de la plus grosse erreur de ma vie que j'avais commise en sa présence l'autre soir. M'attendant à me faire engueuler, sinon pour quelle autre raison se serait-il donné la peine de chercher mon adresse et de débarquer chez mes parents ? A part le fait qu'il serait aussi devenu une de ces personnes qui me suivent partout, j'ai préféré l'éloigner du restaurant sans lui demander son avis. Malgré le froid, je m'installe sur un banc au bord du terrain de basket, ma destination initiale, et il m'imite en se posant à mes côtés, m'indiquant au passage qu'il ignorait que je vivais ici. Ensuite, je l'invite à déverser sa colère légitime, ne craignant plus les oreilles indiscrètes. Je l'écoute lorsqu'il répond à mes propos.

"Tu ne te rappelles de rien non plus ? Je ne sais pas si je dois en être soulagé ou dépité..." Mais j'en suis grandement soulagé en réalité, la chance qu'il n'ait pas mémoire d'avoir vu mon visage.

Cela ne rend pas la situation moins étrange, tout comme la conversation que nous avons commencé n'est pas très reluisante. Certes, il n'y a pas eu mort d'homme, on s'est pas fait tatouer le prénom de l'autre sur la peau, on ne s'est pas drogué, enfin je crois pas, on n'a pas non plus terminé au commissariat. Ce n'est pas non plus que Han Byul ne me plait pas, il est plutôt attirant comme personne et, quand bien-même j'aurais voulu un jour avoir des rapports intimes avec lui, ce que je me refuse d'entrée car il est mon ami, j'aurais bien aimé m'en rappeler... Il me donne ses raisons, ce qui me tire de mes pensées.

"Je suis seulement fâché après moi, ce n'est pas mon genre de comportement habituel. Je m'en voulais alors je ne me voyais pas venir te voir, en plus je suis parti comme un voleur complètement paniqué ce matin-là. Ce n'est pas très glorieux en y réfléchissant, pas malin non plus. C'est terriblement frustrant de ne me souvenir de rien, je n'avais donc aucune explication à te fournir si j'avais dû venir te trouver. La honte m'a aussi empêché de bouger..."

Il est évident que je ne pensais pas un jour avoir ce genre de conversation avec Han Byul. On s'est rapproché, on se parlait de nos vies respectives, c'est vrai, mais de là à parler sexe... Je pense qu'il manque des étapes avant d'en arriver là, de mon côté, j'aborde ce sujet rarement avec mon meilleur ami. Il est hétéro, moi gay, on n'a pas grand chose à se raconter là dessus en réalité. Avec ma meilleure amie pas vraiment, quant à Na Heul, je me lâche un peu dans mes commentaires durant nos soirées, pas au point de s'attarder dessus non plus. Et là, me voici projeté dedans avec mon plus récent ami en sachant qu'il s'est forcément passé un truc entre nous deux. Je n'ai pas pu lui sauter dessus sans prévenir, je l'imagine mal le faire non plus.

"Qu'est-ce qui nous a pris..." Demandai-je en soupirant doucement. "Le pire est qu'on ne le saura sûrement jamais et que ça ne va pas nous aider à ce que cela ne se reproduise pas, à part en bannissant l'alcool des autres prochaines soirées. Je me vois mal retourner dans le bar où on était pour demander au personnel si l'un d'eux se rappellent de quoi que ce soit."

Mon corps est toujours assez chaud, mes sœurs m'ont proclamé chauffage portatif et l'aînée ne semble plus vouloir cesser de venir dormir avec moi, même si sa déprime a l'air de passer. Je me baisse pour attraper mon ballon, le pose sur mes cuisses et dépose mes mains non gantées dessus. A présent qu'on en est là, il ne faut plus reculer. Han Byul est le seul à posséder les réponses à d'autres questions que je me pose donc, après avoir inspiré une bonne fois, je me jette à l'eau car je n'aime pas, lorsqu'il y a eu un problème entre amis, que celui-ci ne soit pas expliqué et réglé, il ne faut pas laisser de non-dits. Enfin, j'espère que malgré tout ça, on pourra continuer de l'être.

"On a tout de même terminé nus dans ton lit, on ne peut pas dire qu'il ne se soit rien passé bien qu'on ne s'en rappelle pas. Alors... Il faut que je te pose des questions car c'est ingérable de mon côté niveau sentiment de culpabilité." Je ravale ma salive avant de continuer. "Est-ce que de ton côté tu as trouvé des signes évidents qu'on soit vraiment allé jusqu'au bout ? Du mien, je n'ai pas eu cette sensation de soulagement qu'on a souvent après... Enfin tu vois..." Que c'est dur d'avoir ce genre de discussion... Je lui jette un rapide petit coup d’œil de derrière mes lunettes. "Ce n'est pas pour minimiser l'ampleur de ma connerie ce soir-là, mais c'est quand-même moins dur à avaler si ça n'a pas été jusque-là. Puis.. Tu n'es pas obligé de répondre à celle-ci, mais... Est-ce que tu es bi ou bien gay Byulie ? Parce que avoir poser mes mains sur toi est une chose, avoir touché quelqu'un qui est hétéro, c'est bien plus répréhensible à mes yeux, surtout si on a vraiment couché ensemble." J'estime que ça devrait suffire pour le moment. Que le silence est terriblement pesant...


Dernière édition par Kwon Dong-Min le Lun 15 Déc - 5:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Excuse-me ft Byulie Lun 8 Déc - 9:39

Dong Min & Han Byul
It's not only your fault ... ♦



Je ne pensais pas croiser Dong Min à nouveau, aussi rapidement … D’un côté, j’aurais préféré que ce ne soit pas le cas, mais de l’autre … Autant que l’on se confronte maintenant et que le problème soit réglé, non ? S’il peut l’être … Bien que perdre son amitié me ferait de la peine. Nous avons fait une erreur l’autre soir, je n’aurais pas dû autant boire, d’une à cause de mon cœur et de deux parce qu’habituellement je ne le fais pas, donc je résiste très mal à l’alcool. Le pire c’est que je le sais. J’ai bu quand même et voilà le résultat. Je crois que j’ai bien retenu la leçon. Dong Min m’entraine jusqu’à un terrain de basket où nous nous asseyons sur un banc. Je commence par lui préciser que j’ignorais qu’il habitait ici. Ensuite, je lui confie que je ne me souviens plus de la soirée. Du moins très vaguement et pas assez pour avoir la réponse à ma question principale. Personnellement je prends cela comme un soulagement … Au moins il ne se souvient pas d’avoir vu ma cicatrice. J’étais nu, alors c’est forcément le cas. D’un autre côté, si l’un d’entre nous se souvenait, on n’aurait pas à se poser toutes ces questions …

Je suis vraiment mal à l’aise face à lui … Je n’ai pas envie de perdre son amitié, mais la gêne est tout de même là. Après tout il est possible que nous ayons couché ensemble, ce n’est pas rien. Au moins aucun de nous deux ne risque de tomber enceinte … Ok, ça m’étonnerait qu’une blague de ce genre détende l’atmosphère, je pense même que cela aura l’effet contraire, alors je me tais. Ce n’est pas mon genre non plus. Bon j’avoue que j’ai déjà eu des aventures, mais ne plus m’en souvenir parce que j’étais trop bourré, non ce n’est pas dans mes habitudes. Comme je lui ai dit, d’habitude, j’évite même de boire car je sais que je le supporte mal et que cela a trop rapidement un effet indésirable sur moi. Je comprends ses raisons. Je pense pouvoir aussi me mettre à sa place et ne lui pas en vouloir d’avoir fui comme un voleur. Je ne sais pas comment j’aurais réagis si c’était moi, mais certainement pas mieux. De mon côté, c’est ce que je vais faire, je ne boirais plus autant avant un bon moment. Je n’étais même pas censé boire … Si un de mes proches ou mon médecin le savait, je me ferais taper sur les doigts.

- En effet ça pourrait être gênant comme question …

J’essaie de sourire un peu, mais je me sens affreusement gêné et je ne sais pas si cela ressemble à grand-chose. C’est sûr que je me vois mal aller demander au personnel s’ils nous ont vu avoir un comportement déplacé l’un envers l’autre.

L’hiver approche de plus en plus et le froid avec. J’ai toujours été très sensible au froid, c’est pour cela que je suis souvent emmitouflé dans un gros manteau, une écharpe, et des gants. Je n’ai pas un corps très résistant, que ce soit pour ça, les maladies ou peu importe … Et ça depuis que je suis tout petit. Avoir un cœur fragile pendant une bonne partie de ma vie ne m’a pas aidé j’imagine. Maintenant que j’ai une greffe je vais mieux au niveau cardiaque mais le reste n’a pas changé et je pense que cela ne changera jamais. Je me tourne vers Dong Min alors qu’il reprend la parole. J’appréhende les questions qu’il va me poser, vu les précautions qu’il prend avant de se lancer. J’attends qu’il ait fini pour formuler ma réponse.

- Je ne pense pas que nous sommes allé jusqu’au bout … Je veux dire, quand j’ai fait le lit, je n’ai rien vu qui pourrait le laisser penser et quand je me suis réveillé, je n’avais mal nulle part, sauf à la tête, mais j’avais la gueule de bois …

Je n’entre pas plus dans les détails, c’est déjà assez gênant d’en parler. Enfin je m’en fiche de lui dire que je n’ai trouvé aucune trace sur les draps, au moins c’est une preuve plutôt soulageant que nous n’avons pas été jusqu’au bout, mais le reste … C’est gênant. Je ne suis pas du genre à cacher mon homosexualité, j’évite juste de le crier sur tous les toits vu la société actuelle. Alors je lui réponds franchement.

- Je suis gay, ne t’inquiètes pas pour ça.

Je n’ose pas lui retourner la question. Cela ne me regarde pas et contrairement à lui, je n’ai pas une bonne raison de le lui demander. J’espère au moins qu’il n’a rien contre le fait que j’aime les hommes. Je ne pense pas … Sinon il n’aurait même pas voulu m’adresser à nouveau la parole après ce qu’il s’est passé. Du moins, je suppose.

- Je … J’espère au moins que nous pourrons rester amis malgré cela …

Je pense qu’il va me falloir un peu de temps avant que la gêne ne se dissipe, mais … J’aimerais bien continuer de pouvoir discuter avec lui, comme nous le faisions avant. Je ne sais même pas s’il en a envie. Peut-être qu’il m’a juste posé ces questions pour savoir et que maintenant il ne veut plus entendre parler de moi … Je soupire et je frotte mes mains gantées l’une contre l’autre, dans l’espoir d’avoir un peu de chaleur, mais cela ne semble pas fonctionner.

   
Codes par Wild Hunger.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Excuse-me ft Byulie Mar 9 Déc - 2:21


Excuse me feat. Lim Han Byul + Kwon Dong-Min

Han Byul reconnaît lui-même que c'est impossible de retourner dans ce bar pour demander des précisions, il ne manquerait plus que le serveur me regarde en disant "Ah mais je te reconnais, c'est toi le gros dégueulasse qui passait son temps à bouffer la bouche d'un autre mec !! Ça s'est terminé comment au fait dans la ruelle, hm ?" Rien que d'imaginer ce genre de scènes, je me vois face au type en train d'exploser en plusieurs morceaux comme un bloc de glace. Hors de question que j'ai à faire à des propos de ce genre, je subis déjà bien assez de remarques en temps normal à cause de mon visage. Puis être gay et l'afficher n'est pas bien vu du tout dans notre pays, je ne souhaite pas avoir de problèmes à ce sujet.

Bien que je n'ose toujours pas le regarder alors que je prépare le terrain afin de pouvoir poser les questions les plus importantes, je sens qu'il s'est tourné dans ma direction. Il me faut un peu de temps afin de tout lâcher. Disons que je connais une manière moins polie de m'exprimer, je n'utilise pas de langage trop familier ou châtié avec Han Byul, donc je ne peux pas m'en servir dans ce contexte. Des fois, les personnes sont plus choquées par les véritables mots dans ce domaine que par les propos gras, ce qui est assez étrange à bien réfléchir. Du coup, cela oblige à trouver les bonnes images afin de se faire comprendre, un exercice pas toujours évident. Le silence pesant ne dure pas trop longtemps, il finit par me répondre. Ce qu'il me dit s'avère être rassurant, je pense aussi que nous n'avons pas été au bout. Sur son orientation sexuelle, nouveau soupire de soulagement. Ça m'enlève un grand  poids sur les épaules. La joie me submerge, sans réfléchir, je viens enlacer mon ami, un grand sourire derrière mon masque.

"Bien sûr qu'on reste amis !" Mon délire de l'étreinte dure quelques secondes, ensuite je m'écarte et le regarde. "Ça pourrait être bien pire et je pense que tu vas être d'accord pour que plus jamais on en reparle... Mieux, effaçons-le de nos mémoires, ça ne doit pas être bien dur vu le peu de souvenirs que l'on a." Dis-je avant d'enchaîner par un léger rire.

Que je n'apprécie pas cette ambiance gênée, j'espère qu'après tout ça, elle va vite disparaitre. Il vaut mieux plus penser à tout ce qui s'est passé et que je prends pour un avertissement en quelque sorte. Comme quoi, j'ai beau me donner la limite, selon ma morale, de ne pas toucher à mes amis, au final je me suis relâché, mon côté naïf m'a fait croire qu'il n'y aurait aucune entorse à la règle possible et la réalité est bien tout autre. Sur ce coup, je n'ai été qu'un homme soumis à ses pulsions qui ont pris le dessus sur sa raison, aidé par l'alcool. La prudence doit être de mise la prochaine fois que l'on sortira.

Les mains de Han Byul commencent à se frotter sous mes yeux, de toute évidence il a froid. Seulement la météo ne me laisse pas réellement le temps de proposer de faire quelques paniers, il se met à pleuvoir. On dirait bien qu'il n'y a plus qu'à rentrer. D'un geste de la tête, je lui indique qu'il vaut mieux aller se mettre à l'abri vu comme ça tombe de plus en plus fort. Le restaurant de mes parents n'est en théorie pas très loin, la rue qu'on avait emprunté à l'aller est bouchée par un camion qui a glissé en travers. La chance n'est pas avec nous. En attrapant une seconde son bras que je relâche juste après, je lui fais comprendre que je connais un autre chemin afin de s'y rendre. Cela nous fait faire un détour, la pluie se met à tomber encore plus, nos vestes nous protègent heureusement. Mais à une dizaine de mètres, alors qu'on attend pour traverser, un véhicule roule comme un malade dans l'énorme flaque qui est juste devant là où on se trouve, nous trempant nos pantalons et chaussures. La plaie... Je n'ai pas le temps de crier après le chauffard, on ne peut pas s'attarder, sinon c'est le rhume assuré.

"Quel sale type !" Bougonnai-je, entraînant mon ami par le bras sur le reste du trajet.

Complètement trempés en débarquant dans l'entrée du restaurant, je ne rentre pas dans la salle pour autant, je pousse doucement Han Byul vers la gauche  jusqu'en bas des escaliers, les chaussures en moins, je lui fais sentir qu'il doit monter, le dirigeant jusque dans ma chambre sans croiser personne. La décoration est un peu chargée, c'est l'endroit où je suis passé du stade d'enfant à celui d'adulte. Il y a de nombreux souvenirs, des livres ici et là. Dans une vitrine, il y a celui qui a été dédicacé par mon auteur préféré. Je file dans la salle de bain récupérer une grande serviette que je donne à mon ami, je sors de mon armoire des vêtements secs pour lui.

"Je te laisse te changer, dis-moi quand je peux revenir."

En attendant, je ferme la porte de ma chambre, retirant ma veste que je suspens au porte-manteau. Dès qu'il me dit que c'est bon, je reviens, récupérant ses affaires trempées que j'amène avec moi dans la salle de bain, où se trouve la machine à laver. Changé aussi, je programme le lavage et retourne dans mon antre. Sur la tête, mon bonnet a laissé place à une casquette à l'envers, mes lunettes sont restés, mon masque est de couleur différente et je porte un autre jogging avec un t-shirt. Assez près de Han Byul, je pose ma main sur sa joue.

"Tu es toujours gelé ?"

Préoccupé par le fait qu'il puisse attraper froid, je m'installe sur mon matelas, dos contre l'oreiller que j'ai remonté un peu contre la tête de lit. D'une main, je l'attire contre moi qui ai le corps bien chaud et le recouvre de la couette, le tenant bien entre mes bras.

"Mes sœurs disent qu'il n'y a pas meilleur chauffage." Déclarai-je, précisant ensuite. "D'ailleurs, la plus âgée ne se gêne pas de squatter mon lit l'hiver alors que nous ne sommes plus vraiment des enfants."

C'est donc parce que j'ai l'habitude de le faire avec mes sœurs que cela m'a poussé à réitérer avec mon ami, l'important est qu'il ne tombe pas malade. Sa peau est fraîche encore. Du pouce, je donne plusieurs caresses sur sa tempe, c'est un petit geste qui aide à se détendre, enfin ma sœur aime cela.


Dernière édition par Kwon Dong-Min le Lun 15 Déc - 5:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Excuse-me ft Byulie Mar 9 Déc - 8:37

Dong Min & Han Byul
It's not only your fault ... ♦



Nous ne saurons jamais vraiment ce qu’il s’est passé l’autre soir, car comme le dit Dong Min, aller voir un employé du bar n’est pas une solution envisageable. Nous pouvons juste nous fier à ce qui nous laisse supposer que nous n’avons pas été jusqu’au bout. De mon côté, à part les vêtements jetés un peu partout dans la chambre, rien ne prouve que nous avons couché ensemble. Ce qui semble soulager Dong Min et je peux le comprendre. Ensuite, je réponds à sa seconde question. J’aime les hommes. Je ne suis pas du genre à le cacher, mais je sais rester discret avec notre société fermée d’esprit à ce propos. Il n’a vraiment pas à s’en faire sur ce sujet, ce n’est pas comme si je n’avais jamais couché avec un homme, même si avec un ami cela aurait été bien plus délicat et gênant. Je suis surpris alors que Dong Min me prend dans ses bras, mais je me laisse faire. Au moins pendant ce bref instant, j’ai un peu plus chaud. Je suis vraiment sensible au froid et même emmitouflé dans mes vêtements d’hivers, je trouve le moyen de grelotter. Au moins ce qu’il me dit me rassure.

Dong Min affirme que nous pouvons rester amis. Je souris légèrement malgré moi. Il décide de ne plus en parler. Comme il dit, cela aurait pu être pire. Je ris en même temps que lui, c’est sûr que vu les souvenirs qu’il me reste, cela ne va pas être bien compliqué.

- Je suis d’accord, on n’en parle plus, acquiesçais-je.

J’espère juste que la gêne s’en ira vite. Sinon même si nous restons amis, notre relation sera différente et je ne veux pas. Nous avions commencé à nous rapprocher par mail et à devenir de bons amis. J’aimerais que cela continue sur cette voie. Je ferais en sorte de ne plus penser à tout cela, d’arrêter de me faire des films sur ce qui a bien pu se produire l’autre soir et la gêne devrait disparaitre. Je commence à avoir de plus en plus froid et je commence frotter mes mains l’une contre l’autre pour essayer de réchauffer le bout de mes doigts gelés. Comme si cela ne suffisait pas, il se met à pleuvoir. Être mouillé en plus d’avoir froid, il y a de forte chance que je tombe malade et franchement je n’en ai pas envie. Dong Min s’apprêtait à m’entrainer avec lui en me tirant par le bras, mais il me relâche. Je dois me contenter de suivre son rythme et comme il pleut de plus en plus fort, évidemment il se dépêche. Il doit être sportif, car lui ne semble pas avoir de mal à courir longtemps et plutôt rapidement. En même temps, il est venu avec un ballon de basket. Donc en effet, je suppose qu’il doit avoir l’habitude de faire du sport.

Je profite que nous nous arrêtions pour reprendre mon souffle. Nous attendons pour traverser et un véhicule nous éclabousse avec l’eau qui coule le long du trottoir. Comme s’il ne pleuvait déjà pas assez, nous sommes trempés. Cette fois Dong Min prend mon bras et ne lâche plus. Je suis donc obligé de vraiment suivre son rythme et je ne peux pas me permettre d’être quelques mètres à l’arrière pour aller moins vite. Une fois dans le restaurant nous retirons nos chaussures et je monte à l’étage comme mon ami me l’a indiqué. J’imagine que la pièce où nous arrivons est sa chambre. Il me tend des vêtements secs et me dit que je peux me changer. Je le remercie avant qu’il ne sorte. Tout en retirant mes vêtements mouillés et en enfilant ceux secs de Dong Min, je regarde un peu autour de moi. Je souris en reconnaissant le livre que je lui ai dédicacé. Une fois changé, je lui dis qu’il peut revenir. Dong Min prend mes vêtements mouillés et il ressort. Quand il revient, il s’est changé lui aussi et me demande si j’ai toujours froid. Sa main est toute chaude contre ma joue froide et c’est agréable.

- Un peu, mais ça devrait aller maintenant, merci.

Je lui souris. C’est habituel chez moi d’avoir froid, je mets souvent le chauffage assez fort en hiver, parce que je suis frileux et pour dormir j’ai tout un tas de couvertures. J’ai toujours froid pour le moment et je mets souvent un peu de temps à me réchauffer, mais maintenant que je ne suis plus dehors ça va. Je reste toujours debout à côté du lit, je n’ai pas bougé depuis tout à l’heure et Dong Min s’installe sur son lit. Il finit par m’attirer près de lui et encore une fois je suis surpris par ce geste. Pendant quelques secondes je suis gêné d’être si proche physiquement de lui, par rapport à ce qu’il s’est passé l’autre soir, mais finalement je me détends en sentant une agréable chaleur parcourir mon corps, alors qu’il remonte la couverture. Je comprends ses sœurs, c’est un radiateur humain, mais ce n’est pas une critique, au contraire. La gêne à complètement disparue même si le silence s’installe. Mon coeur s'accélère légèrement et je met cela sur le compte de la course qu'il m'a faite faire tout à l'heure, même si j'ai eu le temps de me remettre depuis ... Je sens son pouce qui caresse ma tempe et ce simple geste m’apaise, je m’endormirais bien juste là, mais je ne le ferais pas.

- Maintenant j’ai beaucoup plus chaud, dis-je en souriant légèrement.

Il y a juste mes mains qui sont toujours très froide, mais j’ai l’habitude. Quand je passe du temps à taper sur le clavier de mon ordinateur, j’ai souvent les mains très froides. Je me permets de passer mes mains derrière Dong Min pour les réchauffer, coincées entre l’oreiller et son dos.

- Je comprends que ta sœur vienne souvent squatter dans ton lit, à sa place je ferais pareil …

Ma phrase est complètement innocente, je veux juste dire que ce doit être agréable de partager son lit avec quelqu’un qui contrairement à moi, à un corps naturellement chaud. Je ne suis pas non plus un glaçon vivant, mais bon, je me comprends. Pendant une brève seconde une idée me traverse l'esprit, j'espère que personne n'aura la bonne idée de venir dans la chambre de Dong Min, cela pourrait être gênant ... Je ne sais pas si mon ami aime les hommes, mais dans les deux cas la situation pourrait être délicate. Oui, j'ai sans doute trop d'imagination.

   
Codes par Wild Hunger.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Excuse-me ft Byulie Jeu 11 Déc - 3:17


Excuse me feat. Lim Han Byul + Kwon Dong-Min

La journée aurait pu être pire, d'un côté, j'ai réussi à parler avec Han Byul de ce qui s'était produit et on est tombé d'accord que c'était une soirée à oublier. J'ai même suggéré que ce serait facile vu nos bribes de souvenirs, convaincu d'avance de la simplicité de la chose. Ça aurait été bien plus gênant si l'on s'était souvenu d'avoir vu l'autre nu parmi d'autres choses. De ce côté là, on ne s'en sort pas si mal à mes yeux. L'heure n'est pas à palabrer, la pluie commence à nous tomber dessus et il vaut mieux rentrer. Le chemin du retour est parsemé de quelques embûches, comme ce sauvage qui nous a arrosé avec sa voiture en passant dans une flaque. Arrivés chez moi, je l'ai guider dans ma chambre. Changés chacun de notre côté, j'ai mis à tourner la machine avec son linge et l'ai retrouvé dans mon refuge. Le fait qu'il soit toujours froid me préoccupant, j'ai reproduis le même schéma qu'avec ma sœur, le prenant contre mon corps qui est toujours très chaud et le couvrant de la couette. Il me dit qu'il a moins froid, donc ça me conforte dans mon idée. Je peux sentir ses mains glacées dans mon dos, signe qu'il est nécessaire de rester ainsi encore un moment.

"Ce n'est pas que je ne souhaite pas encore te rendre service, par contre, je ne suis pas certain que ma sœur va apprécier de te voir débarquer souvent dans mon lit." Répondis-je ne rigolant un peu.

Déjà je n'aimerai pas qu'elle y soit en même temps que mon pote et, c'est une chance qu'il soit aussi gay, car il n'ira pas les rejoindre durant la nuit. De toute manière, entre tous nos amis respectifs, plusieurs ont déjà passé la nuit entre ces murs. En général, je partage mon lit avec le mec de passage, ça me permet de surveiller. Donc pour mes parents ou qui que ce soit qui pourrait me surprendre avec Byulie, cela ne me tracasse pas le moins du monde. En plus, on ne fait absolument rien de mal.

"Dis, j'ai remarqué les cernes sous tes yeux, quelque chose te préoccupe ?"

Mes doigts passent un peu dans ses cheveux pour les coller un peu en arrière et parce que je les trouve assez doux, autant que ceux de ma sœur, contrairement aux miens. J'éternue une seconde puis me recale un peu mieux, une bonne chose pour justifier la présence de mon masque. Dès que j'ai vu mon ami tout à l'heure, le fait qu'il avait l'air crevé m'a sauté aux yeux. Je fais un tour de ma chambre du regard, vérifiant que rien ne traîne de compromettant. Il n'y a absolument aucune photo ou miroir, c'est voulu, je déteste mon visage à ce point. Ensuite, je penche la tête vers lui.

"La machine ne sera pas terminée avant une bonne heure, ensuite il faudra que je mette ton linge dans le sèche-linge, donc si tu souhaites te reposer tu peux."

C'est assez étrange d'un seul coup... Il semblerait qu'il y ait un paramètre important auquel je n'ai pas pensé, une autre sorte de mémoire. Et à présent que je l'ai entre mes bras et que j'arrête d'égarer mes pensées ailleurs, je peux clairement sentir que mon corps a l'air de se rappeler de l'avoir touché. Pire, d'avoir aimé ça. Han Byul ne peut pas voir mon regard qui voyage sur lui, mon t-shirt trop grand qui dévoile une de ses clavicules, sa nuque et même sa bouche. Ah ça craint là... Je me racle la gorge, tente de regarder ailleurs, me mets à bouger un peu nerveusement avant de presque me précipiter hors du lit. C'était moins une...

"Tu dois... surement avoir faim... Je vais te prendre quelque chose !"

Quel moyen pratique de prendre le large. Dans ma précipitation, j'ai oublié que je n'avais pas encore essuyé l'eau sur les marches en bois. Sur les trois dernières, je glisse sur mes fesses, rassurant assez haut que tout va bien, autant mes parents que mon ami, vu le bruit que j'ai fait. Je préviens ma famille qu'un ami est là, commande son repas pendant que je nettoie les escaliers, pas prêt de me faire avoir deux fois de suite. Une vingtaine de minutes plus tard, je remonte pour tout déposer sur mon bureau. Il me faut sortir la table sur laquelle je mange, elle est assez basse, comme celle des japonais et je place les nombreux plats que mon père a cuisiné pour lui. Le coussin plat est placé devant le lit histoire qu'il n'ait pas à aller trop loin.

"Fais-toi plaisir, ils sont tous pour toi. Je n'ai pas faim." Petit sourire.

Mensonge éhonté, je mangerais bien aussi, sauf que cela m'obligerait à retirer mon masque et c'est hors de question. Pour tenter de focaliser mon attention ailleurs, j'essaie de trouver un moyen de passer les autres heures qui vont suivre de telle manière que je n'ai plus à repenser à tout cela. Un sujet est toujours utile, celui du chien. Ça va aussi me permettre de partir sur autre chose. Avant je me rends compte que j'ai oublié les verres… Quel étourdi, heureusement que ce n'est pas durant mon service. En bas, je prends ce dont j'ai besoin, me ramenant aussi un verre mais avec une paille, c'est bien pour boire sans me découvrir. Lorsque je me rebaisse afin de m'asseoir pas loin, je profite du spectacle de le regarder manger, le coude sur la table, la tête dans ma main. Oui, j'ai rien de mieux à faire pour le moment.


Dernière édition par Kwon Dong-Min le Lun 15 Déc - 5:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Excuse-me ft Byulie Jeu 11 Déc - 7:52

Dong Min & Han Byul
It's not only your fault ... ♦



Finalement je ne suis pas mécontent d’avoir eu à parler de tout cela avec Dong Min. Je ne voulais pas perdre notre amitié, mais c’est sûr que ce n’était pas en l’évitant que les choses allaient s’arranger. Maintenant les choses sont plus claires entre nous, bien que nous ne nous souvenions toujours pas de cette fameuse soirée. Dans un sens, c’est sûrement mieux ainsi. Je ne sais pas si je serais capable de mettre tout cela de côté si je me souvenais de ce qu’il s’est passé. Là, je ne peux qu’accepter d’oublier cette mésaventure et de reprendre notre amitié, comme si de rien était. Je ne me souviens de rien de plus que de l’avoir trainé chez moi parce que j’avais froid. Enfin, je me souviens aussi l’avoir embrassé, mais c’est tellement flou que je ne suis même pas sûr que ce soit un vrai souvenir ou mon imagination qui fait des siennes parce que justement, j’essayais de me rappeler de la soirée, mais en vain. Je vais l’écouter et mettre toute cette histoire de côté, c’est mieux. La froideur de la température commence à se faire sentir et la pluie ne vient pas du tout m’aider à avoir plus chaud.

Je suis obligé de suivre Dong Min lorsqu’il m’entraine avec lui, sûrement pour aller se mettre à l’abri. Sauf que l’endurance ne fait pas parti de mes points forts. Je m’essouffle vite et ne parlons même pas de mon cœur. Certes, avec la greffe les risques sont vraiment minimisés comparé à si je m’amusais à courir quand j’avais encore mon cœur malade, mais je dois tout de même faire attention pour ne pas déclencher la moindre complication. J’ai déjà failli y passer sur la table d’opération, je ne compte pas réitérer cette expérience. Même si je l’admets, je ne fais pas toujours très attention … Nous arrivons au restaurant de ses parents et Dong Min me guide vers sa chambre où je peux me changer pendant qu’il part ailleurs. Il m’a gentiment prêté quelques vêtements bien qu’ils soient légèrement trop grands pour moi. Je ne sais pas trop comment réagir lorsqu’il m’attire près de lui sur son lit et qu’il remet la couverture en place. Finalement, je me laisse faire, la chaleur étant très agréable. Je glisse mes mains dans son dos, pour essayer de les réchauffer aussi. Je ris un peu en entendant ses paroles. Je garde le silence, ne ressentant plus vraiment de gêne et c’est Dong Min qui prend la parole en premier.

Il a remarqué la fatigue apparente sur mon visage … Le manque de sommeil c’est toujours quelques choses qui m’affecte particulière, surtout si je ne prends pas la peine de bien me reposer. Ce qui arrive assez régulière. Mon cœur a beau être une greffe en parfaite santé depuis toujours je me fatigue plus rapidement. Ce qui est normal d’après les médecins et c’est juste à moi de me reposer assez. Ça par contre … Je ne le fais pas toujours. Surtout quand je suis en pleine écriture d’un livre. D’ailleurs j’ai trouvé mon mensonge. Je ne compte pas parler de ma maladie à Dong Min. Ce n’est pas contre lui, je suis toujours comme cela. Je ne compte pas non plus lui avouer que ces derniers temps, cette soirée dont nous avons aucun souvenir me tracassais, ainsi que perdre un ami, bien qu’il soit ressent. Je m’étais attaché à lui.

- Ce n’est rien, juste un peu de fatigue. Mon agent m’a annoncé que j’allais bientôt savoir si je vais signer un nouveau roman avec ma maison d’édition, alors en attendant d’avoir la réponse, ça me tracasse un peu.

Ce n’est pas un vrai mensonge. Mon agent m’a effectivement dit cela et me connaissant tant que je n’aurais pas la réponse, je vais être nerveux. Cependant, comme je ne l’ai su que ce matin, ce n’est pas cela qui m’a fatigué et tracassé jusque-là … Je sens sa main dans mes cheveux et comme les caresses sur ma tempe tout à l’heure, je trouve son geste apaisant. Je lève les yeux vers lui en l’entendant éternuer. Je ne voudrais pas qu’il prenne froid. Puis je laisse mon regard trainer dans sa chambre pour observer la décoration, juste comme cela. Dong Min me propose de me reposer, le temps que la machine se termine.

- Non, c’est bon ça va aller, je dormirais mieux ce soir, mais merci.

Bien que je ne le regarde pas, un petit sourire se dessine sur mes lèvres, alors que j’ai l’impression qu’il se préoccupe de mon état de santé. Dans le fond, c’est normal, on est ami … Je ferais pareil pour lui. Je suis sorti de mes pensées, par Dong Min qui se met à gigoter et je me redresse, lorsqu’il sort précipitamment du lit. Pendant une fraction de seconde j’ai l’impression d’avoir dit ou fait quelque chose de mal, mais en y réfléchissant je ne vois pas quoi. Je n’ai pas le temps de lui répondre quoi que ce soit, qu’il est déjà sorti de la chambre. Sûrement pour aller chercher à manger comme il vient de le dire. De toute façon, je crois que je ne l’aurais pas contredit, j’étais venu pour manger à la base et mon estomac me rappelle que je ne l’ai pas rempli depuis ce matin. Sa réaction est tout de même étrange … Je soupire et reste assis en tailleur sur le lit. J’entends un bruit comme si quelqu’un tombait, mais rapidement Dong Min assure à voix haute qu’il va bien. Puis il revient les bras chargés. La bonne odeur qui s’échappe m’ouvre encore plus l’appétit.

- Merci, répondis-je en souriant.

Dong Min sort à nouveau et revient avec deux verres. Pendant ce temps, j’ai eu le temps de goûter au plat.

- C’est très bon, ce sont tes parents qui cuisinent ?

Certes le restaurant leur appartient, mais ils peuvent en être les gérants et propriétaires sans s’occuper de la cuisine. Je surprends son regard sur moi alors que je mange et je me sens un peu gêné quelques secondes, essayant de ne pas le montrer.

- Tu es sûr que tu n’en veux pas ? J’ai beau avoir faim et c’est vraiment bon, mais je n’ai pas un appétit énorme et je ne vais certainement pas tout manger …

En général quand je suis gêné je deviens bavard. Il faut toujours que je me mette à parler et bien sûr d’un sujet complètement opposé à ce qui me tracasse, pour penser à autre chose et détourner l’attention.

   
Codes par Wild Hunger.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Excuse-me ft Byulie Ven 12 Déc - 3:04


Excuse me feat. Lim Han Byul + Kwon Dong-Min

Bien installés au chaud dans le lit, le calme instauré, je me permets de demander si mon ami a des soucis responsables de ces petites cernes sous les yeux et de sa mine fatiguée, il m'explique que c'est par rapport à sa maison d'édition. C'est limite si je ne saute pas en bas du lit pour courir dans tous les sens, content pour lui et d'avoir bientôt un autre de ses livres à découvrir.

"Mais c'est génial ça ! Tu en dois pas te tracasser à ce sujet, tu es un bon écrivain qui gagne en popularité et en maturité au niveau de tes écrits, c'est obligé qu'ils vont de proposer dans écrire un autre." Dis-je, un peu enjoué. "Et après je ne vais plus te voir durant des mois parce que tu seras en train de chercher l'inspiration."

Ce n'est qu'une boutade, je n'ai jamais eu a le côtoyer dans une période où il est sensé écrire, mais il m'avait expliqué la première fois que je lui avais parlé qu'il se promenait un peu partout, notait souvent des idées, en changeait, c'est évident que cela prend du temps. Il décline ensuite ma proposition de dormir et c'est là que ça part dans l'étrange de mon côté. Pourquoi faut-il que mon corps se souvienne de cela ? Ce n'est plus une bonne chose de rester contre lui, je sens que je pourrais dévier. Sorti du lit, je ne demande pas mon reste pour aller lui chercher à manger, profitant d'être en bas afin d'avoir les idées plus claires. Il faut absolument que cela cesse, ma glissade en bas des escaliers est une preuve d'un relâchement dû à mon trouble. Lorsque j'ai ramené les plats, je réalise que j'ai oublié à boire, me voilà contraint de retourner en bas. Enfin je me pose et le regarde manger.

"C'est mon père et il sera content de savoir que tu aimes." Petit sourire.

Mon paternel aime recevoir les compliments qui viennent du coeur. En tout cas, c'est surement bon, me faisant regretter de devoir garder mon masque. Pourtant, il est hors de question que mon ami voit mon visage, on s'est réconciliés, je n'ai pas envie de ne plus pouvoir lui parler.

"Je n'ai pas faim du tout, ce ne sera pas gâché, rassure-toi." Je n'ai pas bougé de ma position. "En tout cas, tu n'as plus l'air de savoir manger... Je te trouble peut-être ?" A nouveau taquin. C'est ma manière de dissimuler ma gêne. "Tu as de la sauce au coin des lèvres." Un classique, excepté que je le fais tourner en rond en le laissant galérer au début. "Juste là." Je pointe pas loin de l'endroit où c'est sensé se trouver. Une fois qu'il s'acharne, je montre l'autre côté avec mon doigt. "Là aussi ! La grande classe Byulie... Rappelle-moi ton âge déjà ?"

Et au final difficile de savoir ce qui est vrai ou faux. D'ailleurs, qui peut savoir s'il y en a réellement de la sauce. Mes yeux rieurs sont dissimulés par mes fausses lunettes de vue qui les floutent un peu, puis mon masque dissimule mon sourire en coin. Ca fonctionne toujours ce genre de plaisanterie, peu importe la personne en face. Peut-être que si je suis aussi déchaîné ce soir, c'est de soulagement qu'on se soit retrouvé ou alors la neige qui devrait se mettre à tomber cette nuit. N'y tenant plus, je me mets à rire franchement face à ses mimiques et à son air un peu gêné.

"En fait il n'y avait rien du tout." Mon doigt vient se mettre sur le bord d'une assiette qu'il a vidé, un peu de sauce recueilli, je profite de son inattention pour lui en mettre sur le bout du nez. "Ah ben si en fait." Et je ris encore plus fort.

Moi chercher les ennuis ? Absolument pas...Je n'ai rien à craindre de Han Byul et, pour l'affirmer, je m'allonge sur le dos, à côté de la table, sur le sol, les mains sous ma tête après que j'ai retiré ma casquette, dévoilant mes cheveux noirs dans leur totalité. Les yeux fermés, je ne bouge pas, écoutant les bruits. Mais je ne peux pas m'empêcher d'en rajouter une couche.

"Tu es quand-même du genre naïf pour m'avoir cru... Ça te rend encore plus mignon dans un sens."

Nous n'avons jamais eu ce genre de moments. Par mail ou même les autres rencontres qu'on a eu ne m'a jamais permis de dévoiler cette facette un peu moqueuse de ma personnalité. Plus je lui fais confiance et plus je me relâche. Bien que dans le fond, ce n'est pas contre lui, j'ai toujours cette crainte de voir arriver des changements brutaux un jour. En réalité, je suis bien parti pour avoir à porter ma tenue de camouflage un grand moment, ce serait tellement bien s'il n'y avait pas cet effet dément sur les autres lorsqu'ils regardent mon visage... Mon estomac gargouille discrètement, il est fort probable que je finisse par m'endormir si rien ne se passe.  La machine est en plein essorage, dès qu'elle sera terminée, je me lèverai afin d'aller mettre le reste au sèche linge. Il va être assez tard lorsque tout sera prêt, peut-être que je devrai lui proposer de regarder un film ? Sauf que ça me paraît une activité risquée ça avec ce qui me trottait dans la tête il y a plusieurs minutes. Je finis par lâcher un petit soupire qui n'est ni blasé ni ennuyé, ce n'est pas trop dans mes habitudes de me triturer le cerveau. Le plus simple serait sûrement d'en parler, ça me semble bien plus facile à penser qu'à réellement dire. Ce serait dommage qu'on ne puisse plus se voir à cause de ces souvenirs ancrés dans mon corps.


Dernière édition par Kwon Dong-Min le Lun 15 Déc - 5:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Excuse-me ft Byulie Ven 12 Déc - 22:45

Dong Min & Han Byul
It's not only your fault ... ♦



Dans les bras de Dong Min, je me sens étrangement bien. Je sais que je ferais sûrement mieux de prendre mes distances avec ce genre de contact, mais je suis bien trop content de retrouver un peu de chaleur et je n’ai pas non plus envie de m’éloigner de lui. Je ne pensais pas que cela se voyait autant que quelque chose me tracasse et que cela m’a fatigué. D’abord c’est mon agent qui me fait la remarque et maintenant Dong Min … Je sais que je suis sensible à cela et que mon visage marque rapidement le manque de sommeil que je peux accumuler, mais tout de même … Mon cerveau marche à cent à l’heure pour lui trouver un mensonge, car il est hors de question de prendre le risque de lui dire la vérité. Heureusement, mon agent m’a annoncé une bonne nouvelle ce matin et je vais m’en servir. Dans un sens ce ne sera qu’un demi-mensonge. Dong Min à l’air ravi de l’entendre et un sourire se dessine sur mes lèvres, alors qu’il me dit de ne pas m’en faire.

- Merci, j’espère que tu as raison.

Je vais attendre d’avoir la réponse définitive avec beaucoup d’impatience et j’espère qu’elle arrivera vite. Sinon effectivement, cela me fera une raison de plus d’angoisser.

- On pourra se voir de temps en temps si tu veux, suggérais-je.

C’est vrai que quand j’écris j’ai tendance à m’enfermer dans ma bulle et quand je commence à avoir un blocage d’inspiration, je me force à sortir pour ne pas rester à paniquer devant mon ordinateur, ça n’aide franchement pas. Alors, je sors peu quand je suis en pleine écriture d’un bouquin et sauf dans les moments où je me force à m’aérer la tête, qui ne sont pas très nombreux, je sors quand des amis me trainent à l’extérieur pour me changer les idées. Je n’ai pas spécialement envie de dormir tout de suite, je ferais une meilleure nuit ce soir. Maintenant nous nous sommes réconcilier, il y a des chances. Même si maintenant il y a cette histoire de bouquin … J’ai bien plus chaud désormais et je ne veux pas quitter les bras de Dong Min. Pourtant c’est lui qui s’éloigne le premier et sur le coup j’ai peur d’avoir fait quelque chose de mal. Il prétexte devoir aller chercher à manger. Je n’ai pas le temps de réagir et même, je ne l’aurais pas contredis, j’ai réellement fin.

Je n’ai pas bougé lorsqu’il revient, les bras chargés de plat. J’ai beau avoir faim, je n’ai pas un appétit énorme, bien que j’avoue être parfois gourmand. Avec mon cœur je dois faire attention à manger sainement. Dong Min repart ensuit chercher des verres et entendant je m’installe devant la table basse, comme il m’a invité à le faire. C’est vraiment bon et je ne manque pas de le lui faire remarquer une fois qu’il est de retour. J’apprends donc que c’est son père qui s’occupe de la cuisine. Je lui rends son sourire. Je lui propose ensuite qu’il mange tout de même un peu, mais il refuse. Ce qu’il dit après me surprend et je le regarde sans trop comprendre. Je sens mes joues rougir un peu. Il m’explique pourquoi il disait cela et je me lèche les lèvres, comme un automatisme pour enlever cette sauce qui est censée être sur mes lèvres. Il m’embrouille encore plus et cela le fait bien rire. Dong Min finit par dire que je n’ai rien, avant de me mettre de la sauce sur le nez. Il s’allonge par terre pas très loin de moi, en riant. Dong Min ajoute une autre phrase, qui me fait piquer un fard à nouveau, malgré moi et je fais de mon mieux pour me ressaisir. J’étais assis en tailleur et je déplie une de mes jambes, pour le frapper gentiment avec mon pied, à l’épaule.

- Yah, respectes un peu ton aîné !

Je continue de manger en silence, essayant de cacher mon léger trouble. Puis je laisse mon assiette et j’ai bien envie d’aller l’embêter à mon tour. Il me cherche, il va me trouver. Je ne suis pas violent et même si je l’étais, je ne ferais certainement pas mal, mais je peux faire le gamin moi aussi quand je veux ! Toujours allongé par terre, il a fermé les yeux. Je m’allonge sur le ventre, tourné vers lui. Je pose mon menton sur une main et de l’autre je viens pincer son nez.

- Ne t’endors pas !

Puis j’appuie sur sa joue avec mon doigt, bien décidé à ne pas le laisser tranquille. Lorsqu’il ouvre à nouveau les yeux, je lui adresse un sourire innocent, content de moi. Il m’a cherché il m’a trouvé, même si je n’ai rien fait de bien méchant. Ce n’était pas mon but de toute façon. Je pose mes bras croisés sur le sol et ma tête dessus, sans le quitter des yeux, gonflant un peu mes joues comme je le fais souvent, c’est presque un tic. Toujours bien partis dans mes enfantillages, une autre idée me traverse l’esprit.

- Est-ce que tu es chatouilleux ? demandais-je taquin.

Joignant les gestes aux paroles, je commence à l’embêter. De mon côté je suis très chatouilleux, mais je ne le dirais pas. Pour moi c’est totalement innocent, c’est juste un moyen de détourner la moindre gêne en faisant l’idiot. Ça fait du bien parfois de décompresser et je crois que là j’en ai besoin.  

   
Codes par Wild Hunger.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Excuse-me ft Byulie Dim 14 Déc - 8:04


Excuse me feat. Lim Han Byul + Kwon Dong-Min

Je suis réellement content pour Han Byul de savoir que sa maison d'édition va lui offrir l'opportunité d'écrire un autre roman. Aucun doute dans mon esprit quant au fait que cela arrivera sous peu, c'est la raison qui me motive à le rassurer. Ce n'est pas l'idéal de se mettre la pression, je suppose qu'il l'aura bien assez lorsqu'il se mettra réellement dans l'écriture et qu'il verra la date butoir se rapprocher plus vite que prévue pour rendre son manuscrit. Quoi qu'il en soit, je commence déjà à le taquiner et sa gentillesse le pousse à me proposer de se voir de temps en temps.

"Je suppose que Airi sera ravie de me voir si tu oublies de la sortir ou de jouer avec."

Dit de cette manière on pourrait croire que c'est que le chien que j'ai envie de voir, c'est volontaire, bien qu'en réalité, ce sera mon ami le but de ma visite, enfin s'il trouve le temps. Je ne veux pas l'embêter pendant qu'il travaille, s'il ne m'appelle pas, je saurais pourquoi et ne serais pas en colère spécialement, ou déçu. Je réalise parfaitement, surtout après ses explications de l'autre fois, que c'est tout de même délicat d'écrire un livre, je ne voudrais pas être le responsable de distractions éventuelles qui le détourneraient de sa tâche principale, après tout, étant un de ses fans, je ne peux qu'attendre avec impatience la sortie du prochain. Il faut d'ailleurs que j'économise à nouveau, ce que j'avais mis de côté est passé dans mon nouveau téléphone (l'ancien avait pris l'eau en allant sauver le chiot) et dans les vêtements de rechange au centre commercial.

L'ambiance devenant un peu trop intense de mon côté, j'ai profité de la brèche que je me suis créé en parlant de la nourriture afin de descendre en chercher. Pendant tout le temps où je me trouve au rez-de-chaussée au moins je n'ai pas de tentation et le calme revient dans mon esprit. Quelle idée j'ai eu de boire autant et de ne pas me souvenir ce que qui s'est passé... Me voilà bien embêté à présent. Une fois de retour, je m'occupe du bien-être de mon invité avant de continuer dans ma lancée à l'ennuyer. C'est bien mieux de retenir son attention sur tout autre chose que de lui donner l'opportunité de lire mon propre trouble. D'ailleurs, je dois reconnaître que Byulie est très bon public, en général, cela fonctionne nettement moins bien avec les autres. Je le trouve assez adorable avec ses joues rouges, bien que j'ai failli perdre mon sang-froid en le voyant se pourlécher en tentant d'enlever cette fameuse sauce invisible.

Plein d'espoir quant à d'éventuelles représailles, je me suis rendu en apparence sans défense, étendu sur le sol, les paupières closes. Un pied vient gentiment me mettre un coup, ce qui ne me fait rire qu'encore plus. Puis le calme reprend un peu ses droits, en apparence en tout cas. Son estomac rassasié, mon ami finit par se déplacer, allongé non loin d'où je me trouve. Lorsque mon nez est pincé, j'entrouvre les lèvres afin de respirer malgré tout.

"Je ne dors pas!" Mon regard se repose sur lui, amusé par son attitude contre ma joue et son air innocent. La question suivante est la même que je viens de me poser. "Je me demande exactement la même chose..."

Cela sonne une lutte plus ou moins équitable, je suis assez chatouilleux et il semble que Han Byul également. Autant dire qu'il prend un peu d'avance en me chatouillant par surprise, j'ai bien du mal à reprendre le dessus tellement je me tortille et je ris, presque à court de souffle. La tendance finit par être inversée, à mon tour de rigoler en allant faire courir mes doigts sur ses flancs. Agités, nous ne cessons de gigoter dans tous les sens. Il s'agit aussi d'empêcher l'autre de pouvoir s'échapper, la chaleur se fait sentir et nos bras ne cessent de chercher à assouvir leur suprématie, même temporaire. C'est vraiment ce dont j'avais besoin de me lâcher ainsi. Mais à force de rire, je commence à avoir des crampes aussi bien aux joues qu'aux abdominaux. Perdu dans le feu de l'action, j'ignore comment Byulie a fini par se retrouver au dessus de moi.

"Faisons une trève, je n'en peux plus !!" Avouai-je tout en reprenant mon souffle. Un long moment passe avant qu'il n'y ait de mouvement de mon ami. "Sympa la vue..." Dis-je en voyant le t-shirt trop grand m'offrir une partie de son torse, mais encore sur un ton amusé, le dernier.

Anticipant un nouveau mouvement, ou plutôt parce que je suis de nouveau passé dans cet état d'esprit que je m'interdis normalement, ma main se pose en bas de son dos afin qu'il ne tombe pas pendant que je me rassois avec lui. Ce n'est pas bien, je le sais, excepté que je ne peux pas m'en empêcher au final. En face de lui, je ressens encore plus mon vide affectif. C'est ce qui me pousse à passer mes bras autour de lui et à appuyer ma joue sur son trapèze, le visage à l'opposé du sien.

"Laisse-moi rester un moment comme cela..." Chuchotai-je tout en fermant les yeux.

Si on me demandait de m'expliquer, j'en serais bien incapable. Mon côté affectueux n'est pas une nouveauté, mes relations avec les filles n'ont rien de sérieux, bien que je ne joue pas réellement avec elles. La dernière fois que j'ai été en contact avec un autre homme, avant le dérapage à cause de l'alcool, remonte à des mois. Je ne saisis pas réellement pour quelle raison je viens chercher de l'attention auprès de mon ami, sauf que mon manque affectif a pris le contrôle. Au bout d'un moment, je finis par dire merci tout bas et remettre mon visage face au sien. Incapable de lui dire quoi que ce soit, de discuter de ce qui m'agite en étant aussi proche, je ne fais que laisser ma main suivre la courbe de son bras, jusqu'à trouver ses doigts, ensuite, je la remonte et m'arrange afin que celle de Han Byul atterrisse sur ma joue. Étrangement, ça me rend nostalgique ce geste, même si là je l'impose en maintenant sa main de la mienne. Mon visage bouge légèrement dans le but que cela créé une légère caresse. Je suis tellement idiot à ne pas pouvoir détacher mes yeux de lui. Il est mon ami, mais ça n'a plus l'air d'être important du tout... Ma main libre remonte lentement sur son dos puis se pose sur sa joue, nos visages sont si proches, mon front appuie une seconde sur le sien, mon masque ne serait pas entre nous, il y a longtemps que mes lèvres seraient entrées en contact avec les siennes. Je crains vraiment là...


Dernière édition par Kwon Dong-Min le Lun 15 Déc - 3:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Excuse-me ft Byulie Dim 14 Déc - 15:30

Dong Min & Han Byul
It's not only your fault ... ♦



Heureusement que j’ai vraiment vu mon agent ce matin, car sinon je n’aurais pas su quoi lui répondre. Dire la vérité, étant une alternative complètement exclue. Je ne suis pas du genre à mentir comme je respire, je n’aime pas mentir à vrai dire, mais dans ce genre de cas, je préfère. Surtout, vu ce qu’il s’est passé entre nous il y a peu de temps. Je lui dis que nous pourrons tout de même nous voir de temps en temps. Certes quand je suis en pleine écriture d’un livre j’ai tendance à me renfermer sur moi-même, mais il y a certains moments où j’ai vraiment besoin de m’aérer la tête, alors nous pourrons toujours nous voir de temps en temps. Je fronce les sourcils et fait la moue en l’entendant parler. J’imagine qu’il veut me taquiner et je me plais à rentrer dans son jeu.

- Tu n’as qu’à le dire si c’est seulement Airi que tu veux voir … râlais-je en peinant à garder mon sérieux.

Je finis par ne pas pouvoir retenir mon sourire amusé et j’ajoute.

- Puis ne t’inquiètes pas, elle saura très bien me le rappeler si j’oublie de la sortir.

Puis Dong Min quitte précipitamment le lit, avant de me dire qu’il va chercher à manger. Je l’attends donc assis en tailleur sur le lit, en espérant n’avoir rien fait de mal. Il revient quelques minutes plus tard et la bonne odeur de nourriture rappelle à mon estomac que j’étais sorti pour manger dans un premier temps, mais comme j’ai croisé Dong Min … Enfin je ne vais pas m’en plaindre, au moins cela nous a permis de faire le point et de nous réconcilier, même si nous ne nous étions pas réellement disputé. Il repart chercher des verres et je ne me fais pas prier pour goûter au plat que son père a cuisiné. C’est vraiment bon. Dong Min m’embête et me fit rougir en me faisant croire que j’ai de la sauce sur les lèvres. Bien sûr, je le crois. Pourquoi me mentirait-il ? Je me lèche les lèvres pour essayer d’enlever la sauce, mais je comprends ensuite que je n’ai jamais rien eu. Il s’allonge sur le sol et je le frappe gentiment avec mon pied, en râlant encore une fois. Ce qui ne fait qu’intensifier son rire. Je finis de manger et je viens m’allonger sur le ventre pas très loin de Dong Min. Je lui pince le nez et enfonce mon doigt dans sa joue, pour l’embêter. Je souris quand il me dit ne pas dormir. Je lui demande ensuite s’il était chatouilleux et il m’avoue qu’il pensait la même chose. Je ne réfléchis pas plus et je commence à l’embêter.

Bien sûr Dong Min fait de même et on se retrouve à essayer de chatouiller l’autre, tout en essayant de contrer les attaques. Je ris et gigote pour essayer de me défaire de son étreinte. Cela fait du bien de faire l’enfant de temps en temps. J’ai mal au joue à force de rire, mon souffle est court et mon cœur battant, mais je m’en moque, je m’amuse bien. Dong Min finit par déclarer qu’il n’en peut plus. Essayant de retrouver une respiration normale, je ne remarque pas tout de suite, que je me suis retrouvé au-dessus de mon ami et je n’ai pas non plus le réflexe de me reculer dès que je le remarque. Par contre son commentaire me fait réagir. Je plaque le tee-shirt sur mon torse pour qu’il ne glisse pas plus. Il pourra juste croire que je suis pudique et ce sera très bien, mais c’est surtout parce que je ne veux pas qu’il voit ma cicatrice.

Puis je sens sa main en bas de mon dos alors qu’il se redresse. Je me laisse faire, appréhendant tout de même la suite … Il m’enlace et pose sa tête contre mon corps. Je ne bouge pas, bien trop surpris par son geste. Je le laisse faire comme il me le demande. Puis mes mains se posent nerveusement dans son dos, ne sachant vraiment pas comment réagir. D’un côté j’ai envie de lui rendre son étreinte mais de l’autre … Je ne peux pas. Habituellement, être tactile ne me dérange pas. Je ne suis pas un bisounours ambulant, mais je ne déteste pas cela. Là, c’est différent. Je ne veux pas être attiré par Dong Min, car cela finira forcément mal et c’est hors de question. Je m’interdis toujours ce genre de chose. Je n’ai pas souvent été en couple, mais au final je n’étais jamais réellement attaché et c’était bien mieux ainsi. Dong Min est un ami, alors évidement que je me suis attaché à lui avec le temps. Depuis la première et dernière fois où j’ai été en couple sérieusement, je fuis dès que je suis un peu trop attiré par quelqu’un. Quand c’est juste pour assouvir un besoin je ne m’en prive pas, mais sinon, c’est hors de question. Si je développe ce genre de sentiment pour Dong Min, je sais que j’aurais la même réaction et je n’ai pas envie de le perdre. Je pense que finalement, écrire un nouveau livre va être un prétexte pour le voir très peu souvent, le temps de faire le point dans ma tête et de m’assurer qu’il ne pourra jamais rien se passer. L’autre soir nous étions juste bourrés …

Il se recule en me remerciant et je lui adresse un sourire timide. J’aurais préféré évité cette proximité physique mais bon … Dire que tout à l’heure dans le lit cela ne me dérangeait pas, je me sentais juste bien. Qu’est-ce qui m’est passé par la tête … Je sens sa main sur mon bras, puis Dong Min pose la mienne sur sa joue, frottant légèrement sa tête contre elle. Je me sens clairement mal à l’aise, parce que je sais pertinemment qu’être si proche lui pourrait ne pas me rendre indifférent. Je n’ai jamais vu son visage et pourtant … Son regard ne me quitte pas, du moins je suppose, je ne vois pas bien avec ses lunettes … Et son front se pose sur le miens. Nous restons quelques secondes comme cela, avant que je me décide enfin à mettre un terme à tout cela.

- Arrêtes … soufflais-je juste, en me reculant.

Je mets à nouveau une certaine distance physique entre nous. S’il me demande pourquoi, je lui dirais juste que je me sens mal à l’aise vis-à-vis de la dernière fois, pas besoin de rentrer dans les détails de ma vie et du fait que j’ai toujours fuis les attirances autres que physique qui ne durent jamais plus d’une nuit. Enfin j’ai été en couple deux fois … La première fois ce n’était vraiment rien de sérieux, on ne se voyait jamais et on bout de de mois on a rompu. Puis la seconde, c’était plus sérieux. Notre histoire a durée six mois et dès qu’il a commencé à soupçonner quelque chose à propos de mon cœur je suis parti. C’est là que j’ai compris que l’amour ce n’est vraiment pas pour moi. Je ne veux pas m’attacher, devenir dépendant et être abandonné à cause de mon secret, ma maladie. Je ne veux pas non plus imposer ce fardeau s’il devait m’arriver quelque chose, je refuse d’inquiéter une personne supplémentaire. Je pense tout de même que je dois m’expliquer, en mentant un peu et je m’en excuse intérieurement.

- Je … Je ne veux pas que ça recommence comme la dernière fois … Même si là on est complètement sobre, sauf si tu m’as mentis sur le contenu des verres, j’essaie de faire un peu d’humour, mais je ne me détends pas pour autant et mon rire est nerveux.Tu es un bon ami Dong Min et je ne veux pas  perdre cette amitié … Tu comprends ?

Même s’il ne comprend pas, c’est comme ça. Je refuse qu’une certaine ambiguïté et la gêne de l’autre soir gâche tout … En fait, je refuse surtout de m’attacher à lui autrement qu’amicalement et être attiré par autre chose que son physique, car je sais comment cela se terminerait. Je fuirais comme je l’ai toujours fait.

   
Codes par Wild Hunger.


Dernière édition par Lim Han Byul le Mer 17 Déc - 8:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Excuse-me ft Byulie Lun 15 Déc - 6:05


Excuse me feat. Lim Han Byul + Kwon Dong-Min

Il rentre dans mon jeu, je me contente de sourire encore plus, satisfait qu'il soit également d'humeur plus joueuse que d'habitude. Je me doute bien que la petite Airi ne manquera pas de se manifester si elle souhaite sortir ou avoir l'attention de son maître quelques minutes. La suite est plutôt amusante, au final, ça part un peu dans tous les sens et en bataille de chatouilles géantes où je reconnais m'être un peu fait malmener. C'est moche de craindre autant être touché à cet endroit, mais je me suis bien vengé je pense, son souffle rapide en est une preuve, tout comme le fait qu'il soit resté sur moi un moment. Calmé dans un sens, pas dans l'autre, il se précipite de cacher son torse en coinçant son haut de sa main, pendant que je me rassois avec lui dessus. Il est clair que les minutes qui ont suivi, je me suis perdu... Le désir physique a fini par pointer le bout de son nez beaucoup trop, je n'aurais pas dû faire ça et ma frustration ne fait qu'augmenter lorsqu'il me dit non, ce qui est entièrement son droit. Han Byul s'éloigne, je l'accompagne du regard avant de baisser la tête à mesure qu'il se justifie. C'est vrai que je n'aurais pas dû laisser mes hormones prendre le contrôle, même quelques secondes. Sauf que je me sens contrarié dans un sens, tout ce que je fais est d'acquiescer à sa question.

"La machine a fini, je vais mettre ton linge à sécher."

Avant, toujours sans le regarder, je débarrasse la table puis sors de la chambre, restant appuyé contre la porte quelques secondes. Il faut vraiment que je prenne le temps de revoir un de mes sexfriends, ça m'évitera ce genre de soucis à l'avenir. De retour dans la chambre, je lui annonce qu'il y en a pour quarante-cinq minutes. Afin de tuer le temps, l'épisode d'une nouvelle série est lancée sur mon ordinateur. Bien entendu, je le laisse s'installer confortablement, me posant à une certaine distance. Comme c'est un truc comique, je rigole parfois, j'agis comme si rien ne s'était passé pour que ce ne soit pas trop étrange entre nous deux. Puis l'heure arrivée, il se change de nouveau seul, je l'attends en bas de l'escalier afin de le raccompagner chez lui. Vu l'heure, je n'ai pas envie qu'il rentre seul, il n'a pas l'air assez sportif pour s'enfuir en cas de besoin ni capable de se défendre. Le trajet est silencieux, il neige et mon regard se fait happer par certains flocons. On dirait que le temps s'arrête un peu. Pendant que nous marchons, je réfléchis sérieusement à tout cela. Enfin le bas de son immeuble est visible, il s'arrête devant la porte et je me stoppe environs deux mètres avant.

"Je ne pense pas qu'on va se revoir avant un bon moment." Annonçai-je sérieusement alors que j'en ai la conviction. "Nous deux, on ne peut pas être le genre d'amis qui passent tout leur temps ensemble ou qui sont vraiment très proches."

C'est une chose à laquelle je dois me faire. Indépendamment de ma frustration sexuelle, Han Byul ne peut pas me donner ce que je veux. Je ne parle pas de sentiments ou de relation, ce n'est ni le cas ni ce que je souhaite. Certes je suis attiré physiquement par mon ami, sauf que ça s'arrête là. Je ne le blâme pas d'avoir refusé, c'est son droit. Puis il a tellement l'air d'être le genre de type qui fuit que j'ai décidé de prendre les devants en l'annonçant clairement. Il aura bientôt une bonne raison d'être très occupé. Les mains dans les poches, mon regard se pose sur lui.

"En réalité, j'ai très peu d'amis. Ça me fait réellement plaisir que tu en fasses partie. Je n'ai pas envie de te perdre non plus." Dis-je avec un triste sourire, mes yeux se perdent dans le vague un moment. "Il m'est si difficile d'accorder ma confiance, ma vision des autres est biaisée et j'ai dû mal à avoir de nouveaux amis. Mais ce n'est pas une bonne raison pour forcer les choses, tu gardes toujours cette distance qui maintient les autres loin et qui me fait me demander si tu n'es pas devenu mon ami juste parce que je te faisais pitié. J'ai trop souffert et je ne souhaite pas te blesser. Peut-être qu'on devrait arrêter le massacre maintenant, tout simplement, et s'en tenir à une relation dans laquelle nous ne sommes que deux types qui s'apprécient et parlent bouquins de temps en temps."

Les non-dit me pèsent et ce qu'il s'est passé ce soir ne me sert que de prétexte afin de mettre de la distance moi-même. C'est ce que l'on appelle une fuite en avant. Ce n'est pas plus facile de gérer une amitié qu'un amour, contrairement à ce que la majorité pense. Devoir mentir me fait ressentir de la culpabilité, je voudrais être capable de dire que je lui cache des choses, que je ne suis pas capable d'en parler encore, que je le ferais sûrement un jour. Les mots ne sortent pas de ma bouche, au contraire, j'enfonce un peu plus les mains dans mes poches. Je n'aurais pas dû échanger tous ces mails avec Han Byul, sur ce support, la tendance est à trop se révéler. C'est sûrement mieux de mettre le frein maintenant, de prendre de la distance et du recul, enfin c'est surtout moi que j'essaie de convaincre là car je me sens comme acculé, afin de, si cela arrive un jour, se retrouver par hasard et de nouveau discuter durant des heures comme j'aime tant le faire en sa compagnie. Je n'ai tellement pas envie de perdre un de mes rares amis...

"Travaille-bien sur ton prochain livre, j'ai hâte de pouvoir le lire." Je trouve le moyen de sourire un peu derrière mon masque. "Surtout n'hésite pas à revenir au restaurant si le cœur t'en dit, tu seras bien accueilli." Je recule d'un pas, puis de deux. "Bye bye Han Byul."

Je me détourne, commençant à m'éloigner. Dissimulée à l'intérieur, la vérité est que je n'ai pas envie de partir, que je vais garder pour moi le reste de mes pensées, ce n'est vraiment pas le moment... Il n'y a aucune raison qu'il me retienne après ce que j'ai  osé faire dans ma chambre. Et si je ne me suis pas excusé, c'est tout simplement parce que je ne regrette pas vraiment dans un sens, bien que ce soit contre ce qui doit être fait. Mes épaules baissées, mes pas ne sont pas rapides, la neige a déjà mis une petite couche blanche sur le sol. Ma vie ne sera-t-elle donc jamais simple ? Je me le demande. Suis-je condamné à être seul ? Il semblerait bien. Je suppose que je devrais m'estimer heureux d'avoir pu être son ami quelques temps. Je ne regrette pas le temps passé à ses côtés, mon auteur favori est un type aussi génial que je me l'imaginais, peu on eu cette chance de rencontrer la personne qu'ils admirent.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Excuse-me ft Byulie Lun 15 Déc - 9:14

Dong Min & Han Byul
It's not only your fault ... ♦



Cette bataille de chatouilles improvisées a au moins eu le mérite de me faire oublier mes tracas. Enfin pour un temps, car il ne tarde pas à revenir. D’abord Dong Min fait un petit commentaire qui me rappelle que je porte un tee-shirt trop grand pour moi et que ma cicatrice peut être dangereusement exposée. Puis il y a cette proximité physique entre nous … J’aurais mieux fait de me reculer dès que j’ai vu que j’étais sur lui. Dong Min se redresse et je me retrouve assis sur ses genoux. Il m’enlace, pose sa tête contre mon torse et me demande de le laisser rester comme cela un moment. De toute façon, je mets du temps réagir, alors je n’aurais pas eu le réflexe de le repousser aussitôt. J’ai juste posé mes mains dans son dos mais je ne lui ai pas retourné son étreinte. La gêne se fait à nouveau une place et je me sens nerveux. Ce serait mentir d’affirmer que tout cela me laisse de marbre. Alors que je n’ai jamais vu son visage, donc tout cela ne peut pas être uniquement physique … Je ne sais pas. Je suis perdu. Quand bien même c’était juste une attirance physique, je ne cèderais pas comme d’habitude. Tout simplement parce que nous sommes amis. Coucher avec un gars que je ne reverrais sans doute jamais, me pose moins de problème que de le faire avec un ami, oui effectivement.

Le concept même d’amis c’est de se revoir, non ? Bien que notre amitié soit de plus en plus incertaine. Il y a eu l’incident l’autre soir et maintenant cela. Je me dis qu’il y aura toujours se malaise et pourtant je ne veux pas le perdre. Son regard croise le miens, même si je le discerne mal car ses lunettes rendent ses yeux un peu flous. Puis Dong Min pose son front contre le mien. C’est le geste de trop et cette fois-ci je réagis. Je me recule en lui. Après quelques secondes de longues réflexions intérieurs, je fins par essayer de me justifier. Ce n’est pas toute la vérité, mais ce n’est pas vraiment un mensonge non plus. Au moins il comprend où je veux en venir ? Du moins, il a acquiescé … Je l’ai mis mal à l’aise, ça se voit et cela se comprend aussi. Il me dit que la machine va être finit et sans un regard, il débarrasse la table, puis sort de la chambre. Quand il revient, il faut encore attendre que le linge sèche et nous nous retrouvons à regarder une série. Nous sommes tous les deux assis sur le lit, mais il y a une certaine distance entre nous deux. Je ris de temps en temps, mais je ne peux pas m’empêcher de jeter quelques regards dans sa direction par moment.

Une fois que le linge est sec, je me change à nouveau et le rejoint en bas. Il tient à me raccompagner et je ne refuse pas. Malgré tout cela, je n’ai pas envie de partir. Je sais très bien qu’après il y a des chances que je l’évite et que je prenne n’importe quelle excuse pour ne pas le voir. Enfin, c’est surtout parce que je suis un lâche et que je préfère fuir dans ce genre de situation. Habituellement être attiré physiquement par quelqu’un ne me fait pas réagir ainsi, mais là c’est différent. Nous sommes amis et je commence à douter que tout cela soit vraiment uniquement physique, car je n’ai jamais vu son visage ni rien … En bref c’est compliqué et c’est le bazar dans ma tête. Il se met à neiger et j’observe distraitement les flocons tomber. Nous arrivons à mon immeuble. Dong Min affirme que nous ne nous reverrons pas avant un moment … Malgré ce que j’ai pu dire un peu plus tôt, je ne le contredis pas, parce qu’il a raison. Je ne commente pas non plus sa seconde phrase. Un faible se sourire se dessine sur mes lèvres alors qu’il me dit qu’il n’a pas envie de me perdre non plus. Ce qu’il explique ensuite m’attriste, mais c’est vrai. Je garde toujours une certaine distance à cause de ma maladie et du fait que je n’ai pas envie qu’on le découvre … Je ne veux pas inquiéter tous mes amis non plus, si personne ne sait, personne ne se fait de souci.

- Je ne suis pas amis avec toi par pitié, je t’interdis de le penser, dis-je calmement mis fermement.

Certes je suis dans certains cas distant, mais ce n’est pas de la pitié.

- Je te trouve vraiment sympathique et j’apprécie nos discussions …

Je n’ajoute rien d’autre. Je ne sais pas quoi lui dire. Je n’ai pas envie de lui dire que je suis d’accord sur le fait que nous ferions mieux de nous voir juste pour parler bouquin de temps à autre. Il prendra mon silence comme il voudra. Il prend une dernière fois la parole.

- Merci, répondis-je simplement.

Puis il se retourne et je l’observe s’éloigner lentement. En espérant qu’il ne se retournera pas sinon ça pourrait paraître bizarre. Puis j’entre dans l’immeuble pour rejoindre mon appartement, accueillis par les aboiements joyeux d’Airi. Je me mets à jouer avec elle, voulant bloquer toutes pensées négatives et me changer les idées … Du moins, pour le moment.

Spoiler:
 
   
Codes par Wild Hunger.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Excuse-me ft Byulie

Revenir en haut Aller en bas
 

Excuse-me ft Byulie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Lettre d'excuse
» Mes excuse a wink en image!
» [RP] Histoire d'un joyeux brigand
» re bonjour j'ai un truc a vous dire...
» Emrik - 14.VII.1458 - C - TOP (Racket)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
U Found Me :: Rpgistes Party :: Forever Us-